Pasteur 2 : naissance d’un hôpital ultra-moderne

Intégré au quartier Pasteur, situé au nord-est de Nice, Pasteur 2, le nouvel hôpital du CHU d’une capacité 730 lits – dont 452 à l’ouverture complète le 3 juillet 2015 - se présente comme un grand centre de chirurgie et de médecine équipé de 3 IRM. Ses 2 800 professionnels hospitaliers se préparent à accueillir plusieurs centaines de milliers de consultants, d'hospitalisés et d'urgences. Visite guidée...

Intégré au quartier Pasteur, situé au nord-est de Nice, Pasteur 2, le nouvel hôpital du CHU d’une capacité 730 lits – dont 452 à l’ouverture complète le 3 juillet 2015 – se présente comme un grand centre de chirurgie et de médecine équipé de 3 IRM. Ses 2 800 professionnels hospitaliers se préparent à accueillir plusieurs centaines de milliers de consultants, d’hospitalisés et d’urgences.
 

Sur ses 81 000 m² et 10 niveaux signés par le Cabinet d’architecture Reichen et Robert, le nouvel hôpital Pasteur 2 rassemble des spécialités issues des actuels sites Pasteur 1, l’Archet et St Roch. Sur Pasteur 2, ces services de proximité et de pointe en recours régional se complètent et s’organisent autour de 5 pôles : l’institut universitaire locomoteur, pôle neuroscience, pôle spécialités médicales, pôle urgences Samu-Smur, pôle uro-néphrologie. Et aussi, la réanimation et la surveillance continue, les salles de déchocage, la salle de surveillance post-interventionnelle, 26 salles de blocs opératoires et les laboratoires, la stérilisation centrale, la pharmacie centrale et de site, 3 salles de radiologie interventionnelle (neuroradiologie et scanner), et 3 salles de cardiologie interventionnelle.
Pasteur 2 abrite une unité des pathologies rachidiennes. Un service rare même en CHU et un apport majeur pour les Niçois où orthopédistes et les neurochirurgiens interviennent en synergie.

Focus sur les activités en forte croissance 
L’augmentation des AVC, principale cause de mortalité a conduit la direction à conduit la direction à plus que doubler la capacité de l’Unité Neurovasculaire (UNV) (de 10 à 24 lits) et à ouvrir à proximité un plateau de rééducation.
De même l’Unité de Chirurgie Ambulatoire a été agrandie passant de 9 à 20 places. L’unité fonctionne avec un personnel et des locaux dédiés et adaptés aux différents publics pris en charge.     
Enfin, la structure des services elle-même permet d’adapter dans le temps, l’offre en lits aux besoins.
Les services ne sont pas étanches entre eux et permettent une certaine modularité, grâce à un même modèle d’organisation autour du poste infirmier.         
Desservies en liaison directe par les transports SMUR, pompiers et héliportés, les urgences qui accueillent 80 000 patients par an (préciser l’augmentation par rapport à 2013) occupent l’intégralité du rez de chaussée du bâtiment, avec un service de radiologie dédié (IRM, scanner, échographie, table conventionnelle). L’unité est dotée d’un trauma center de niveau 1 apte à prendre en charge 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans les meilleures conditions l’ensemble des urgences traumatologiques, de la plus bénigne à la plus grave (accident grave de la voie publique, plaie par arme, chutes d’un lieu élevé par exemple). A l’intérieur, une grande salle d’attente pour les familles, des salles de consultation, des boxs d’examen (30% de plus qu’à Saint Roch – combien au total), des salles de plâtre et de suture, des salles de déchocage, et des chambres d’hospitalisation de courte durée.

Le confort : une priorité jusque dans les détails
80%, ainsi que des chambres individuelles avec un lit pour l’accompagnant. Le patient peut commander à distance ses stores et la température de sa chambre et dispose également de l’accès à la télévision et au wifi. Chaque chambre comprend une salle de bain complète.
Avec ce nouveau bâtiment, le CHU répond aux obligations réglementaires pour l’accueil des personnes à mobilité réduite ou présentant d’autres handicaps (visuels, auditifs, etc.). La quasi-totalité des chambres individuelles sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Les plus de Pasteur 2
La grande esplanade arborée devant l’hôpital est ouverte à tous les habitants comme aux Patients participe à la rénovation urbaine en cours en donnant une respiration à l’espace citadin
l’architecte (Cabinet Reichen et Robert)
A l’intérieur, l’architecture dédramatise l’expérience hospitalière dès le grand hall d’accueil tapissé de bois. Les patios font entrer la lumière dans toutes les chambres, et même jusqu’au bloc opératoire pour le rendre moins anxiogène.
Un espace de recueillement multiconfessionnel accueille les patients et leurs proches qui souhaitent un moment de méditation au calme.
Les espaces d’attente sont parés de couleurs chaudes et de bois pour préserver un caractère plus intimiste. Une cafétéria boutique presse sera disponible dès juin. Des distributeurs automatiques sont aussi installés pour les petits creux.
La circulation du patient est pensée de manière à regrouper autour de lui les compétences médicales, administratives et les équipements médicaux. Chaque service est identifié par une couleur murale
Pasteur 2 s’approche des critères de performance de Haute qualité Environnementale (HQE) grâce à des panneaux solaires permettant de produire 20% de l’eau chaude, le recyclage des vapeurs de stérilisation, et la grande inertie thermique du bâtiment. L’ensemble des normes environnementales ont été respectées.

Le galet : un amphithéâtre contemporain multifonctionnel de 213 places 
Véritable signature graphique de l’architecte, l’amphithéâtre en forme de galet est équipé de 213 places assises et est situé sur le parvis de l’entrée principale, ne nécessitant pas de traverser l’hôpital pour y accéder. Il sera doté d’une technologie permettant de retransmettre les opérations chirurgicales.
La proximité avec la Faculté de Médecine, l’IFSI, L’IUFC, le Living Lab, mais aussi le self de Pasteur 2 ouvert sur l’extérieur et situé juste à côté du « Galet », permettront d’organiser des cours, conférences, colloques et congrés scientifiques de haut niveau.
La programmation permettra d’inclure des manifestations à caractère culturel, à destination des personnels et de la population du quartier, offrant ainsi à la ville de Nice, un lieu d’animation supplémentaire.

Un environnement artistique 
Ville d’art et de culture, Nice attire les créateurs et nombreux sont ceux qui ont tenu à témoigner leur attachement au CHU en proposant des œuvres pour le nouvel hôpital. Certaines ont été offertes, d’autres conçues spécialement, d’autres encore sont prêtées par leur propriétaire. Pour les artistes, Pasteur 2 représente une vitrine et une occasion de créer une rencontre entre l’art et le public. En laissant ses espaces être investis et embellis par la création niçoise, le CHU de Nice témoigne d’une volonté d’humanisation du soin. Il rend aussi hommage au talent des artistes niçois ou résidant à Nice. Ces implantations sont rendues possibles grâce au concours de mécènes ou de citoyens qui ont souhaité s’associer aux projets. Un parcours artistique s’élabore progressivement. Seront entre autres, les œuvres de Ben, Moya, David Tremlett, Sosno…

Des innovations organisationnelles 
financé à 66 % par la Sécurité sociale, c’est-à-dire par tous les citoyens, Pasteur 2 a mis un point d’honneur à renforcer l’efficacité économique de ses activités logistiques. Quelques exemples

La présence sur site de la stérilisation centrale
du CHU afin d’éviter des transports de poids lourds.

La modernisation de la pharmacie centrale et de site permet de diminuer et mieux gérer les stocks de médicaments et de dispositifs médicaux, tout en rendant l’approvisionnement des services plus sûr.

La constitution d’une équipe de logistique de proximité décharge les soignants de tâches annexes au soin des patients

La centralisation du montage des plateaux-repas à l’unité relais par les agents de la restauration décharge les aides-soignants de cette tâche
Des pneumatiques desservent les étages pour acheminer automatiquement les prélèvements sanguins aux laboratoires situés à Pasteur 1

Pasteur 2, dates et chiffres clés

Lancement du concours d’architecte ………………………………………….mars 2012
Choix de l’architecte : Cabinet Reichen et Robert …………………………. mai 2013
Fin des études d’Avant-Projet Définitif (APD) :…………………………..janvier 2015
Démarrage du chantier de démolition : ………………………………………mars 2006
Démarrage de la construction : ……………………………………….   novembre 2007
Arrêt du chantier suite à problèmes géotechniques : .. mars à novembre 2009
Fin du gros oeuvre : ………………………………………………………….septembre 2011
Réception des bâtiments, installation et ouverture : ……………………………. 2015

Chiffres clés

Nombre de lits et places pour les 2 tranches =   730
Pourcentage de chambres à 1 lit : 80%
Nombre de salles de bloc opératoire : 19
Nombre d’IRM : 3
Coût des IRM : 3 600 000 €
Nombre de scanner : 3
Coût des scanner : 2 500 000 €
Coût des salles d’imagerie : 700 000 €
Nombre de salles d’échographie : 3
Coût service informatique (DSI) : 3 000 000 €
Coût investissement équipements médicaux : 19 500 000 €
Nombre d’unités de traitement d’air et extraction : 220
Nombre de m3 de béton : 80 000
Nombre d’arbres : 196
Surface (SDO ) : 92 200m² + parking 27 000m²
Surface des urgences (SAU) : 1 700 m² – imagerie d’urgence 680 m²
Coût total investissements  pour les 2 tranches : 425 M€
Nombre de km d’archives : 3,5 km
Nombre d’agents : 2 800
Protections anti-pigeons : 1.75 km
Nombre de places de parking : 1 000
1000 rotations de camions de déménagement équivalents à une surface de
30 à 40 m² réalisées depuis le début des transferts

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.