Pasteur ou quand un CHU prend une part active à la re-naissance d’un quartier

Le site Pasteur prépare sa mutation
Comment déménager un hôpital gériatrique de 25 000m2 implanté depuis plus de trois siècles à l'Est de Poitiers sans créer de traumatisme ? Comment préparer le départ de 420 résidents et 280 personnels ? Comment donner une nouvelle identité à un site de 7ha chargé d'histoire hospitalière ? Comment faire pour que la mutation d'un quartier poitevin et le projet d'établissement du CHU se rejoignent en un projet urbain ? Comment accompagner la transformation des 8 pavillons gériatriques en extensions de résidences universitaires, en deux établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) d'une capacité de 160 lits et en trois nouveaux immeubles de 65 logements ?

Comment déménager un hôpital gériatrique de 25 000m2 implanté depuis plus de trois siècles à l’Est de Poitiers sans créer de traumatisme ? Comment préparer le départ de 420 résidents et 280 personnels ? Comment donner une nouvelle identité à un site de 7ha chargé d’histoire hospitalière ? Comment faire pour que la mutation d’un quartier poitevin et le projet d’établissement du CHU se rejoignent en un projet urbain ? Comment accompagner la transformation des 8 pavillons gériatriques en extensions de résidences universitaires, en deux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) d’une capacité de 160 lits et en trois nouveaux immeubles de 65 logements ?

Cliquer pour agrandir
Le site Pasteur prépare sa mutation
crédit photo : CHU de Poitiers – direction de la communication

La réponse, le CHU de Poitiers l’a construite en travaillant à la fois sur la mémoire, sur l’information du public, sur la réappropriation du site par ses riverains et sur un programme de mixité sociale et générationnelle. Pour donner corps à ce renouvellement urbain qui sera effectif en 2011- date à laquelle l’hôpital gériatrique du CHU emménagera sur le site principal de la Milétrie -l’établissement et la municipalité ont soutenu l’organisation de manifestations festives et culturelles à l’attention des poitevins.

Coup d’envoi des réjouissances avec « la fête des voisins » le 28 mai qui offrait aux habitants du quartier l’occasion de découvrir l’histoire du site avec pour point d’orgue la publication de l’ouvrage « L’hôpital Pasteur de Poitiers : 300 ans au service des malades ». Pendant les vacances, les familles étaient conviées à un « Poitiers plage », inédit sur les bords du Clain, chaque week-end de juillet 2010. Interventions culturelles toujours avec l’exposition itinérante retraçant les temps forts du « Site de l’hôpital Pasteur, une histoire, un devenir » complétée par un cycle de conférences « Les jeudis de Pasteur ». Les festivités s’achèveront au printemps 2011, avec la remontée en procession de la statue de Saint-Michel du site de Pasteur vers le site de la Milétrie, et l’inauguration du pavillon Aristide-Maillol (141 lits) complétant le pôle de gériatrie du CHU.

Cette programmation originale alliant témoignages du passé, festival et projections sur l’avenir est orchestrée par « Jours de Fête, de Pasteur à la Milétrie ». Créée le 1er avril 2009 par des professionnels de santé, cette association remplit un devoir d’histoire envers le site hospitalier et d’information sur la prise en charge de la personne âgée.

« En 2011 une page de près de 3 siècles de l’histoire des hôpitaux de Poitiers va se tourner, et un nouveau quartier sera édifié en lieu et place de l’hôpital gériatrique. Avec l’association « Jours de Fête, de Pasteur à la Milétrie », la direction générale s’est donné pour objectif de transmettre un peu de l’histoire de ce site, peut-être mal connue ou mal perçue par la population poitevine. Tout particulièrement l’histoire de celles et ceux qui ont vécu et travaillé sur ce site dont la vocation aura toujours été, depuis l’ouverture de l’hospice des Incurables (1706), d’héberger et de prendre en soin les personnes les plus vulnérables et les plus fragiles de la société. » explique Renaud BEGUE, directeur adjoint de la filière gériatrique du CHU de Poitiers. « C’est aussi à Pasteur qu’est née la psychiatrie poitevine puis la médecine gériatrique. Il est important de le garder en mémoire. En fait, l’objectif premier est de préserver l’empreinte des valeurs hospitalières d’assistance et de solidarité qui ont animé ce site et de rendre les témoignages des anciens habitants de ce quartier accessibles aux futurs professionnels de santé, mais aussi à la population. »

Pasteur : un site chargé d’histoire
Au bord du Clain, entre le pont Neuf au nord et le pont Saint-Cyprien au sud, le site Pasteur recèle une extraordinaire histoire qui s’étend sur près de dix siècles. Au fil du temps, il a subi plus d’une vingtaine de destructions totales ou partielles, renaissant à chaque fois de ses cendres.
Sur cette longue période se succèdent : une villa gallo-romaine, l’abbaye Saint-Cyprien, Grignion de Montfort un personnage tout à fait extraordinaire (à l’origine des maisons hospitalières et de la création de l’ordre des soeurs de la Sagesse), l’Hôpital des Incurables (construit grâce au grand prieur d’Aquitaine Philippe l’Emery d’Echoisy) qui commence avec quelques chambres et quelques « malades », le monastère des Dominicains dans la seconde moitié du XIXe siècle et une caserne de militaires au tout début des années 1900.
1909, l’achat de la partie sud des terrains par les Hospices de Poitiers, 1922, naissance de l’hôpital Louis-Pasteur. Années 1950 : installation de l’asile d’aliénés dans le pavillon Guillon qui marque la naissance de la psychiatrie poitevine avec le docteur Fouks. Dans les années 1970-1980 les opérations « d’humanisation » des bâtiments et d’amélioration de la prise en charge des personnes âgées se succèdent pour aboutir à la gériatrie moderne.
Le début du XXIe siècle verra le départ des derniers patients de l’hôpital Pasteur pour les nouvelles structures du pôle gériatrie du CHU de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.