Patient en état végétatif, un cerveau en activité contre toute attente

Acticité de la région cérébraleChaque année des milliers de patients cérébrolésés se retrouvent dans le coma puis dans un état neurologique végétatif pour des périodes de longueur variable. L'équipe du Pr François Chollet (Dr Isabelle Loubinoux, Dr Stein Silva : Inserm U825/UPS) vient de prouver que, malgré les apparences, les cerveaux de ces patients sont loin d'être au repos.

Chaque année des milliers de patients cérébrolésés se retrouvent dans le coma puis dans un état neurologique végétatif pour des périodes de longueur variable. L’équipe du Pr François Chollet (Dr Isabelle Loubinoux, Dr Stein Silva : Inserm U825/UPS) vient de prouver que, malgré les apparences, les cerveaux de ces patients sont loin d’être au repos.

Acticité de la région cérébrale

Les patients en état neurologique végétatif (ENV) sont inconscients mais présentent des signes d’éveil (alternance des cycles d’éveil et de sommeil). Cette situation pourrait être liée à des lésions cérébrales spécifiques. Pour aboutir à cette découverte, les chercheurs ont d’abord déterminé ce qui caractérise, au niveau cérébral, une personne témoin, au repos mais totalement consciente d’une personne en ENV.

Les chercheurs ont réalisés des enregistrements à l’aide d’une caméra à émission de positons ou TEP. Celle-ci permet, en mesurant le débit sanguin dans une zone cérébrale donnée, d’évaluer l’activité de celle-ci. Les résultats ont tout d’abord montré que si les sujets témoins avaient bien une activité au niveau du precuneus (région cérébrale impliquée dans la création d’une notion de soi par rapport au monde extérieur) plus importante que les patients, ces derniers faisaient, contre toute attente, davantage fonctionner une autre zone, la formation réticulée activatrice (responsable de l’état d’éveil).

Forts de cette première découverte, les chercheurs ont poussé plus loin le raisonnement. Ils ont étudié le lien fonctionnel entre ces deux structures, d’abord au repos puis en stimulant le sens du toucher des patients et des témoins. Les résultats obtenus par l’équipe ont été frappants, car si ses deux régions cérébrales semblent travailler à l’unisson chez les sujets témoins conscients, en revanche chez les patients en ENV ce lien semble avoir disparu, comme si ces deux zones étaient « deconnectées ». Les chercheurs débouchent à la conclusion que ce n’est pas la diminution d’activité cérébrale globale qui fait qu’une personne reste en état végétatif mais seulement des modifications de l’activité de certaines structures cérébrales. La perte du lien fonctionnel entre ces régions pourrait donc être à l’origine de ces phénomènes. La formation réticulée activatrice, tournée vers l’extérieur, au lieu d’acheminer les informations vers les zones adéquates, forme alors une sorte « d’impasse ».

L’identification de ce mécanisme est une première. Stein Silva, premier auteur de cette publication, envisage après cette étape, de se tourner vers l’étude des patients dans le coma, afin de réaliser des évaluations précoces du pronostic fonctionnel des patients cérébrolésés. A l’avenir, les chercheurs envisagent de tester des thérapies pouvant permettre, malgré les dommages cérébraux ayant conduit à l’état végétatif, de reconnecter ces deux zones…et pourquoi pas de rendre leur conscience à ces patients.

Définitions
Conscience perceptive Capacité à intégrer les informations en provenance de l’environnement autour de la notion de soi.

Etat neurologique végétatif Etat pathologique caractérisé par l’abolition de la conscience perceptive associée à un état d’éveil préservé.

Publication
S. Silva, X. Alacoque, O. Fourcade, K. Samii, P. Marque, R. Woods, J. Mazziotta, F. Chollet, I. Loubinoux. Wakefulness and loss of awareness, Brain and brainstem interaction in the vegetative state, Neurology, le 26 janvier 2010

Contact chercheur Stein Silva – MD. Anesthésie-Réanimation
U825 – équipe 2 –Toulouse
06.72.00.57.06. – href= »mailto:silva.stein@gmail.com »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.