Patiente décédée – l’AP-HP s’explique

Dans un communiqué adressé hier à la presse, l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris revient sur les circonstances du décès d'une patiente âgée de 90 ans et hospitalisée à l’hôpital Saint-Périne (AP-HP) en gériatrie depuis le 14 janvier 2013. Le drame est survenu dans la nuit du 17 au 18 janvier 2013.

Dans un communiqué adressé hier à la presse, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris revient sur les circonstances du décès d’une patiente âgée de 90 ans et hospitalisée à l’hôpital Saint-Périne (AP-HP) en gériatrie depuis le 14 janvier 2013. Le drame est survenu dans la nuit du 17 au 18 janvier 2013.
L’institution relate que "Son absence a été constatée jeudi 17 janvier à 21h50, après un dernier contact direct avec le personnel survenu à 21h30.
Des recherches ont été immédiatement entreprises dans tous les locaux de l’hôpital (espaces ouverts et fermés), y compris les sous-sols ainsi que dans le parc. Elles se sont poursuivies pendant la nuit avec rondes de maître chien et toute la matinée du 18 janvier. La patiente a été retrouvée sans vie ce vendredi 18 janvier à 12h30 dans le parc de l’hôpital."
L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et les équipes de l’hôpital Saint-Périne s’associent pleinement à la douleur de la famille.
Mireille Faugère, Directrice générale de l’AP-HP, a diligenté une enquête pour connaître les événements qui ont conduit à ce drame et identifier, dans les meilleurs délais, les dispositions à mettre en œuvre pour renforcer la sécurité des patients.
Contact presseHôpitaux universitaire Paris Ile-de-France Ouest – Valérie Munos –

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.