Patients impliqués dans la sécurité des soins : l’initiative de Nîmes récompensée par la DGOS

"Inviter les patients à devenir acteurs de la sécurité des soins" et organiser des échanges avec les professionnels sur le respect de leurs droits et les exigences liées à la qualité des soins. Tel est l'enjeu de l'opération « Brèves d’usagers » imaginée par le CHU de Nîmes qui vient de remporter le prix DGOS lors de la Semaine de la sécurité des patients.
"Inviter les patients à devenir acteurs de la sécurité des soins" et organiser des échanges avec les professionnels sur le respect de leurs droits et les exigences liées à la qualité des soins. Tel est l’enjeu de l’opération « Brèves d’usagers » imaginée par le CHU de Nîmes qui vient de remporter le prix DGOS lors de la Semaine de la sécurité des patients.
Avec et pour les patients

« Brèves d’usagers » réunit les représentants de la Commission des usagers (CDU), les associations partenaires disposant d’un agrément national et les équipes soignantes. Au cours de ces rencontres, les patients témoignent de leur vécu au sein de l’établissement. Leurs expériences inspirent au CHU des pistes d’amélioration qui se transforment en actions concrètes comme la check-list du patient.

La check-list du patient

Cette check-list garantit des points-clés de sécurité minimale du patient, à savoir son identité, la connaissance de son projet de soins et les risques qui y sont liés, sa prise en charge médicamenteuse, le respect de ses droits, la personne de confiance et les directives anticipées, la prise en charge de la douleur, la prise en charge psychologique, le lien hôpital-ville… La liste a été validée par la Commission des usagers (CDU) et désormais, elle est diffusée lors des premières venues à l’hôpital. Ainsi impliqué, le patient devient partie prenante de sa sécurité. 
« Le prix de la DGOS récompense le travail de toute une équipe, et surtout de l’implication de nos usagers, que nous voulons acteurs de leur prise en charge » s’est félicitée Martine Ladoucette, Directrice générale du CHUN, ajoutant qu’« à l’hôpital, c’est une sorte de "pacte de soins" qui est établi entre le professionnel de santé et l’usager. La sécurité, c’est l’affaire de tous et, avec cette check-list, nous avons surtout souhaité sensibiliser les patients de manière ludique ». 

Promouvoir une culture de la sécurité et lutter contre les évènements indésirables

Résolument engagé dans une démarche qualité et gestion des risques, le CHU de Nîmes (CHUN) a déployé différentes mesures comme la diffusion des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), l’adoption de process d’Évaluation des pratiques professionnelles (EPP) et de signalements des évènements indésirables. Ces actions sont complétées par les retours d’expériences, les visites de services et un accompagnement permanent des services de soins par la délégation à la qualité et à la gestion des risques (DQGR) composée de médecins et de personnels administratifs. 
Tout au long de leur carrière, les professionnels de santé et tout particulièrement ceux exerçant dans les secteurs à risques comme les blocs opératoires suivent des sessions sur le thème de la sécurité. Ils sont aussi régulièrementinformés des dispositifs, consignes et procédures à respecter pour éviter tout évènement indésirable. Parmi ceux-ci figurent, pour les secteurs à risques (dont les blocs opératoires)

En savoir plus sur le prix DGOS

À l’occasion de la Semaine de la sécurité des patients, ayant pour thème cette année « Usagers, soignants : partenaires pour la sécurité des patients », le ministère de la Santé et des Solidarités avait lancé, via les Agences régionales de santé (ARS), un appel à projets visant à récompenser les initiatives des établissements dans ce domaine. Avec la check-list du patient, le CHUN a été récompensé par un jury parmi 29 projets sélectionnés au niveau national. À cette occasion, des représentants de la DQGR, Cécile Aubert, Directrice de la qualité et la gestion des risques et Laurence Fraisse, référente qualité, accompagnées de plusieurs membres d’associations* investies dans le projet ont reçu un trophée des mains de Cécile Courrèges, Directrice générale de l’offre de soins (DGOS) le 21 novembre 2017, au ministère de la Santé. 
*Associations ayant participé au projet « Brèves d’usagers » au CHUN : Association nationale du Locked-In Syndrome (ALIS), Association des Paralysés de France (APF), Association des Stomisés du Gard (ILCO Gard), Vivre comme avant, Visites des malades en établissement hospitalier (VMEH), France Alzheimer Gard, Association Nationale des familles des Traumatisés crâniens (AFTCLR) 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.