Patients obèses ou dénutris : la HAS appelle à prévenir les formes graves de COVID-19 et les risques liés au confinement

En cette période d’épidémie de Covid-19, et comme pour chaque maladie chronique, les professionnels de santé doivent maintenir le suivi de leurs patients présentant des troubles de la nutrition ou pour lesquels l’alimentation est un enjeu pour le maintien de leur santé. Dans la Réponse rapide « Pathologies chroniques et risques nutritionnels en ambulatoire », la Haute autorité de santé (HAS) résume les points de vigilance à connaitre pour prévenir les risques nutritionnels et préconise de privilégier le télésoin.

En cette période d’épidémie de Covid-19, et comme pour chaque maladie chronique, les professionnels de santé doivent maintenir le suivi de leurs patients présentant des troubles de la nutrition ou pour lesquels l’alimentation est un enjeu pour le maintien de leur santé. Dans la Réponse rapide « Pathologies chroniques et risques nutritionnels en ambulatoire », la Haute autorité de santé (HAS) résume les points de vigilance à connaitre pour prévenir les risques nutritionnels et préconise de privilégier le télésoin.
Les patients obèses sont plus à risque de développer des formes graves du COVID-19. Il pourrait en être de même pour ceux ayant perdu beaucoup de poids à la suite d’une chirurgie bariatrique. Il est essentiel pour ces personnes de respecter le confinement et les mesures barrières.
Mais inversement, le COVID-19 et ses conséquences sur nos modes de vie et l’organisation des soins, exposent certains patients à des risques nutritionnels. Le confinement – et la sédentarité qui en découle – peut entrainer une rupture du suivi par les professionnels de santé, mais aussi des déséquilibres nutritionnels, mettant en péril la santé de certains patients ayant une pathologie chronique. Les risques nutritionnels sont alors de deux types : une prise de poids liée à la sédentarité et à une alimentation déséquilibrée ; et inversement une perte de poids et une dénutrition avec fonte musculaire et troubles de la mobilité.

Maintenir le suivi à distance 

Le suivi par le médecin nutritionniste, le diététicien et le psychologue doit être maintenu à distance. Enfin, chez les patients dont l’état requiert une nutrition artificielle à domicile, la vigilance doit être renforcée afin de prévenir le risque infectieux (centres labellisés, intervenants à domicile).

Une vigilance particulière pour le suivi nutritionnel des patients COVID+

Enfin, la HAS met en garde contre le risque de dénutrition chez les patients atteints de COVID-19. En effet cette maladie s’accompagne de difficultés à s’alimenter – en particulier en cas de difficulté à respirer. Si le patient est en situation de dénutrition, la prise en charge ambulatoire consiste en une alimentation hyperénergétique et hyperprotidique par enrichissement des repas et compléments nutritionnels oraux, voire en une nutrition entérale par sonde naso-gastrique en cas d’efficacité insuffisante de ces premières mesures.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.