Réseaux sociaux : leur bon usage à l’hôpital

Alors que la dimension 2.0 est de plus en plus prégnante dans la relation soignant-patient, le CHRU de Nancy propose à son personnel une sensibilisation aux bonnes pratiques à adopter pour l’usage des réseaux sociaux qu’ils soient professionnels ou non.

Alors que la dimension 2.0 est de plus en plus prégnante dans la relation soignant-patient, le CHRU de Nancy propose à son personnel une sensibilisation aux bonnes pratiques à adopter pour l’usage des réseaux sociaux qu’ils soient professionnels ou non. 
Assurée en deux sessions le 30 avril 2015 par le pôle Ressources Humaines et Affaires Sociales du CHRU et la fondation MACSF, cette sensibilisation vise à rappeler que des notions essentielles et communes à toute personne travaillant dans le secteur hospitalier public comme l’obligation de réserve ou le secret professionnel, s’appliquent de la même manière à ces nouveaux espaces d’échanges accessibles à tous sur Internet.
Du médecin à l’infirmier, de l’aide-soignante au technicien de laboratoire, de l’agent administratif à l’assistante sociale, tous sont concernés. Les bonnes pratiques sur les réseaux sociaux basées sur les notions de confidentialité et de respect de l’autre, sont valables plus largement pour toute personne impliquée dans la vie de l’établissement de santé : étudiants en stage, prestataires extérieurs, visiteurs et patients eux-mêmes. 
La porosité des réseaux sociaux qui brouille les limites entre sphère privée et sphère publique, doit être intégrée. Si ces espaces de communication bénéficient d’un formidable potentiel, ils présentent aussi des risques que chaque organisation se doit de prendre en compte. Leur utilisation ne doit porter atteinte ni à l’établissement, ni aux professionnels, ni aux patients.
Dans le cadre de sa mission d’aide à la relation patient-soignant, la fondation MACSF* a soutenu l’initiative des CHU de Bordeaux et Pontoise, dans la réalisation d’un guide de bonnes pratiques des réseaux sociaux, qui en rappelle le potentiel mais aussi les limites à ne pas franchir. 
* Créée en 2004 ans, la Fondation d’entreprise MACSF s’est fixé un objectif unique en France : soutenir et accompagner les professionnels de la santé dans des démarches d’amélioration de la relation patient / soignant.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.