Pédiatrie : des plafonds colorés dans les salles de soins pour braver l’angoisse

Des plafonds colorés dans les salles de soins pour braver l'angoisseTransformés en cimaises ludiques, les plafonds colorés des 4 salles de soins et de prélèvements de l'hôpital de jour de gastroentérologie et de pneumologie* réservent des surprises aux jeunes patients. Des personnages se cachent, des animaux cherchent leur compagnon... Une invitation au jeu qui entraîne le petit malade loin de l'hôpital vers un monde imaginaire. Cette technique, déjà utilisée aux HCL depuis plusieurs années, s'appelle l'hypnoanalgésie ou plus simplement distraction.

Transformés en cimaises ludiques, les plafonds colorés des 4 salles de soins et de prélèvements de l’hôpital de jour de gastroentérologie et de pneumologie* réservent des surprises aux jeunes patients. Des personnages se cachent, des animaux cherchent leur compagnon… Une invitation au jeu qui entraîne le petit malade loin de l’hôpital vers un monde imaginaire. Cette technique, déjà utilisée aux HCL depuis plusieurs années, s’appelle l’hypnoanalgésie ou plus simplement distraction.

L’anxiété de l’enfant qui doit recevoir un soin ou subir un prélèvement à laquelle s’ajoute l’angoisse des parents et peut augmenter la sensation de douleur. D’où l’idée de « distraire » l’enfant, de détourner son attention en s’appuyant sur la narration.

L’auxiliaire puéricultrice et/ou le parent poursuivent l’histoire ou le jeu de devinette. Pendant ce temps, l’infirmière prépare le matériel nécessaire. « Passer par la distraction ou l’hypnoanalgésie ne dispense pas des traitements antidouleur, comme la pommade Emla ou le gaz Kalinox. » prévient Denis Janex, cadre du service. « Ces dalles sont un outil de travail pour le personnel paramédical et une aide précieuse dans la mise en place de l’hypnoanalgésie.»

C’est parce qu’il a lui-même vécu, enfant, de nombreuses hospitalisations et les plafonds blancs que Patrick Gobour, concepteur des dalles, a eu l’idée de rendre ces lieux plus vivants. A l’HFME, d’autres lieux sont décorés de dalles, notamment aux urgences. La décoration de ces 4 salles de soins a coûté 2 000 euros, offerts par le Lion’s club de Courchevel dans le cadre de l’opération "même pas mal". L’association souhaite poursuivre cette initiative axée sur la prise en charge de la douleur, aux HCL et dans d’autres hôpitaux de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.