Pédiatrie : la simulation pédagogique et ludique initie les enfants à l’IRM

« L’IRM en jeu » : depuis février 2017, un simulateur très coloré est proposé par le CHU Amiens-Picardie aux enfants de 3 à 10 ans qui auront à passer une IRM. Ce simulateur initie l’enfant aux contraintes d'un examen complexe : le bruit, la position allongée, l’immobilité et l’espace confiné d’un « long » examen (30 à 45 minutes). Préparé et rassuré, l’enfant dont le stress est diminué, se trouve dans les meilleures conditions pour faciliter la prise en soin, éviter l’anesthésie générale et améliorer la qualité de l’examen. Chaque année 600 enfants se familiariseront à la high tech hospitalière par le jeu.
« L’IRM en jeu » : depuis février 2017, un simulateur très coloré est proposé par le CHU Amiens-Picardie aux enfants de 3 à 10 ans qui auront à passer une IRM.  En forme de fusée, l’équipement prépare l’astronaute en herbe aux contraintes d’un voyage complexe : le bruit, la position allongée, l’immobilité et l’espace confiné d’un « long »  examen (30 à 45 minutes). Préparé et rassuré, l’enfant dont le stress est diminué, se trouve dans les meilleures conditions pour faciliter la prise en soin, éviter l’anesthésie générale et améliorer la qualité de l’examen. Chaque année 600 enfants se familiariseront à la high tech hospitalière par le jeu.
Grâce à la fusée-simulateur d’IRM, les équipes du service imagerie du CHU Amiens-Picardie améliorent l’accueil et la prise en charge des enfants. La relation particulière nouée par le jeu renforce les liens de confiance et de complicité entre jeunes patients et soignants.
Le rendez-vous « IRM en jeu » est programmé lors de la consultation avec le médecin. Le manipulateur explique l’examen, fait écouter le bruit de la machine puis allonge l’enfant à l’intérieur du simulateur. Ils analyseront ensemble l’enregistrement filmé de l’examen. Le professionnel fait le rapprochement avec l’IRM réelle. Les parents sont invités à partager ce temps d’initiation. 
« L’IRM en jeu » est proposé par l’association le Petit Monde (Lyon). L’équipement installé au CHU Amiens-Picardie, le 10ème acquis en France a été acheté grâce à une subvention de 9 000 € de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France (via l’Opération Pièces Jaunes). Le CHU Amiens-Picardie a financé le complément de l’investissement soit 25 000 €.
Même s’il est prescrit couramment, l’examen d’IRM pédiatrique demeure une source de stress et d’angoisse pour les enfants et leurs parents. Chaque année, environ 600 enfants bénéficient d’une IRM au CHU Amiens-Picardie. Jusqu’à présent les 2/3 étaient réalisés sous anesthésie générale, un chiffre qui devrait nettement diminuer grâce à cette préparation pédagogique et ludique. Selon "IRM en jeu" l’équipement évite 8 anesthésies sur 10.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.