Pédiatrie spécialisée en Ile de France : les recommandations du jury d’experts

La pédiatrie de l'AP-HP est aujourd'hui réalisée pour l'essentiel en Ile-de-France sur 4 sites dédiés ou à forte orientation pédiatrique : Armand Trousseau (12ème), Necker (15ème) - prochainement rejoint par les services de Saint Vincent de Paul (14ème), Bicêtre, (94), Robert Debré (19ème), et sur 5 sites adultes : Ambroise Paré (92), Antoine Béclère (92), Louis Mourier (92). Jean Verdier (93), Raymond Poincaré (92).

La pédiatrie de l’AP-HP est aujourd’hui réalisée pour l’essentiel en Ile-de-France sur 4 sites dédiés ou à forte orientation pédiatrique : Armand Trousseau (12ème), Necker (15ème) – prochainement rejoint par les services de Saint Vincent de Paul (14ème), Bicêtre, (94), Robert Debré (19ème), et sur 5 sites adultes : Ambroise Paré (92), Antoine Béclère (92), Louis Mourier (92). Jean Verdier (93), Raymond Poincaré (92).

Dans le cadre du plan stratégique de l’AP-HP préparé depuis 2 ans par l’institution avec les communautés médicales, et qui a fait l’objet d’une concertation élargie à l’ensemble des parties prenantes, la réflexion a conduit à distinguer l’organisation de la prise en charge en pédiatrie générale et en pédiatrie spécialisée. L’évolution de la démographie médicale et para médicale, comme celle des modes de prise en charge, font en effet obligation à l’AP-HP, pour assurer sa mission de service public, d’offrir une répartition plus harmonieuse des compétences et des ressources en regard des besoins de la population.

C’est pourquoi les orientations du Conseil exécutif de l’AP-HP se sont tournées vers le regroupement des activités de pédiatrie spécialisée (cardiologie, chirurgie cardiaque, chirurgie maxillo faciale, chirurgie orl, chirurgie orthopédique, chirurgie viscérale, endocrinologie, gastro enterologie, onco-hématologie, néphrologie, neurochirurgie neurologie, pneumologie, prise en charge des brûlés, réanimation pédiatrique) sur 3 sites au lieu de 4.

Ces orientations ont suscité des inquiétudes qui ont conduit l’AP-HP à réunir un jury d’experts indépendants chargé d’examiner les différents scénarios d’évolution et d’ auditionner les projets des équipes hospitalières concernées par la pédiatrie spécialisée: Bicêtre, Necker, Raymond-Poincaré, Robert Debré, Trousseau.

Réuni ces 18 et 19 juin, le jury a émis, au terme de débats libres, constructifs et sereins, les recommandations suivantes :
Regroupement à Robert Debré, des activités spécialisées de néphrologie et de gastro entérologie de Trousseau afin qu’elles bénéficient de tailles suffisantes pour être encore plus performantes sur le plan de la prise en charge et de la recherche
Transfert vers Necker du Centre des enfants brûlés sous réserve de l’organisation de l’activité de chirurgie plastique et reconstructrice et de la création d’ une structure de recherche.
Renforcement à Bicêtre des spécialités de neuro-pédiatrie rejointes par celles de Trousseau.
S’agissant de l’onco-hématologie, le jury préconise le maintien de 2 sites d’accueil à l’AP-HP: soit à Robert Debré et Trousseau et soit à Robert Debré et Necker.

En toutes hypothèses, l’hôpital Trousseau – dont la fermeture n’a jamais été évoquée notamment en raison de sa vocation de centre de référence en périnatalogie et de centre d’accueil des urgences pédiatriques pour les patients de l’est parisien – verra ses activités de pédiatrie générale renforcées. La chirurgie viscérale et orthopédique (hors neuro-orthopédie), la réanimation, la génétique, la biologie et l’imagerie seront maintenues sur le site.

Par ailleurs, un pôle d’excellence constitué des spécialités ORL, chirurgie stomatologique et maxillo-faciale et pneumologie, déjà présentes sur le site, sera conforté et les synergies déjà développées entre ces équipes seront renforcées.

Les recommandations du jury vont maintenant être ré-examinées par le Conseil exécutif du 29 juin, puis avec les communautés médicales concernées ainsi qu’avec les instances centrales, avant d’être soumises au Directoire de l’AP-HP.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.