Pédopsychiatrie : l’art comme support de dialogue

Le 23 juin dernier, le CHU de Besançon a accueilli l’exposition “Empreintes.” Réalisées par des adolescents du service de pédopsychiatrie, plusieurs œuvres ont ainsi vu le jour dans le cadre d’ateliers d’art-thérapie financés par l'association Du vent dans les ailes, pour sensibiliser au bien-être des enfants et adolescents souffrant de troubles psychiques.

Donner libre court à l’expression de soi. De janvier à avril 2023, le CHU de Besançon a offert à huit adolescents du service de pédopsychiatrie, la possibilité de suivre onze séances d’art-thérapie à l’extérieur de l’hôpital. Équipés du matériel nécessaire et d’une multitude de supports (gravures, moulages, impressions etc.), ces artistes en herbe ont pu s’exprimer de manière détournée, utilisant la distance pour extérioriser une émotion, un ressenti. A travers la création, c’est tout un processus psychique qui s’enclenche et fait appel à d’autres circuits que ceux du langage verbal. Des maux aux mots, cette médiation artistique fait émerger sous forme d’illustrations, un dialogue entre le patient et le thérapeute. 

Exposition "Empreintes", hall de l'hôpital Jean-Minjoz. Crédit photo : CHU de Besançon

Prendre de la distance pour mieux appréhender l’autre

Les bénéfices de cette thérapie sont visiblement nombreux. Si la création artistique est un levier permettant d’envisager un parcours thérapeutique différent mais efficace, il n’en reste pas moins que l’éprouver hors de l’hôpital vient compléter ce processus. La neutralité du lieu de création facilite les échanges entre les participants et instaure un nouveau rapport à l’autre, plus serein. Ainsi, la distance mise avec le CHU et les codes d’une consultation psychiatrique conventionnelle permettent à l’adolescent de construire un nouveau lien à l’autre, qu’il s’agisse de patients concernés ou d’accompagnateurs et art-thérapeutes. 

Pour compléter cette liste de bienfaits, le CHU de Besançon a décidé de valoriser jusqu’au 7  juillet les œuvres produites en les exposant aux regards des curieux dans le hall de l’hôpital Jean-Minjoz, permettant ainsi de donner du sens à la démarche. L’occasion aussi pour les proches de découvrir le résultat de ce travail. 

 

La rédaction avec le CHU de Besançon 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.