Père et fils : l’expérience émouvante de la paternité

En 17 portraits de jeunes pères signés par le photographe Grégoire Korganow, le CHU de Rouen fait voler en éclat les clichés sur la paternité. L’exposition présente une galerie d’hommes maternants, peau à peau avec leur fils ; instants de grâce et d’amour de ce début d’histoire familiale, saisis sur le vif qui interrogent la représentation classique de la nativité.

En 17 portraits de jeunes pères signés par le photographe Grégoire Korganow, le CHU de Rouen fait voler en éclat les clichés sur la paternité. L’exposition présente une galerie d’hommes maternants, peau à peau avec leur fils ; instants de grâce et d’amour de ce début d’histoire familiale, saisis sur le vif qui interrogent la représentation classique de la nativité. Et tel est bien le propos de cet exercice original. Alors que se redistribuent les cartes au sein des couples, il serait illusoire de penser que l’hôpital, inscrit dans la cité, échappe à ce brassage. Par l’intermédiaire de l’art, il questionne la conception traditionnelle de la parentalité explorant ce que culturellement la société occidentale tient pour acquis comme le rôle prégnant des mères auprès des nouveau-nés.

Grégoire Korganow – Pères et fils – CHU – Hôpitaux de Rouen
L’exposition se tient dans la cour d’honneur de l’hôpital C. Nicolle, durant la période de Noël, du 13 novembre 2014 au 2 janvier 2015, il s’agit d’une série de portraits de pères et de fils de tous les âges, parfois sur 3 générations qui a été réalisée depuis 2010.

A partir du 8 décembre 2014, la série des pères avec leur nouveau-né âgé parfois d’à peine quelques heures ornera les murs du pôle mère-enfant – (une manière justement d’élargir cette inscription administrative)
Avec le soutien de l’équipe de gynéco-obstétrique, Grégoire Korganow a installé son studio, de jour comme de nuit, en salle de naissance au CHU de Rouen – durant 4 semaines de mai à septembre 2014.  A sa manière sensible et esthétique, en observant et en échangeant avec les familles et les personnels, il a apporté une contribution très personnelle au projet médical et soignant. S’inspirant du contexte spécifique de l’hôpital, il a su intégrer les contraintes de l’unité de soins. Son œuvre contribue à lever les obstacles qui pourraient maintenir le père à distance des maternités.

Verbatim

« Les pères souhaitent être de plus en plus présents dans les parcours de maternité. La maternité du CHU-Hôpitaux de Rouen de son côté propose davantage d’espaces où leur présence est encouragée (notamment cours de préparation, échographies, présence lors de l’accouchement). La résidence du photographe Grégoire Korganow au sein de la maternité du CHU a pour objectif d’offrir, en images, un regard original sur les pères dans les espaces qui les ont longtemps tenus à l’écart. Elle a eu à cœur de questionner la relation intime et essentielle qui se noue dans l’immédiateté de la naissance d’un enfant."
Jacques Meyohas, Directeur général par intérim
Regardez plus longtemps ces clichés, méditez les, portez votre attention sur les mains de tous ces pères. Elles sont ouvertes, offertes, tendres, enveloppantes, elles sont presque "timides". Immédiatement j’ ai pensé au tableau du retour du fils prodigue. Ces mains, ce sont les mêmes que celles du père, peint par Rembrandt ! »
Loïc Marpeau, Gynécologue Obstétricien, Chef de service – Chef du pôle mère-enfant

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.