« Permis de sauver » : l’appli de Nîmes pour sauver des vies

Alerter et mobiliser des sauveteurs, bénévoles ou en civil, sur un accident avant l’arrivée des premiers secours: telle est la vocation de «Permis de sauver». Une application mobile, développée par deux sapeurs-pompiers professionnels, pour compléter la chaîne des secours conventionnelle, en faisant intervenir des secouristes volontaires qualifiés et géolocalisés. Au CHU de Nîmes, les professionnels du centre de réception des appels du SAMU 30 – Centre 15 du CHU de Nîmes sont aujourd'hui invités à s'y former.
Alerter et mobiliser des sauveteurs, bénévoles ou en civil, sur un accident avant l’arrivée des premiers secours: telle est la vocation de «Permis de sauver». Une application mobile, développée par deux sapeurs-pompiers professionnels, pour compléter la chaîne des secours conventionnelle, en faisant intervenir des secouristes volontaires qualifiés et géolocalisés. Au CHU de Nîmes, les professionnels du centre de réception des appels du SAMU 30 – Centre 15 du CHU de Nîmes sont aujourd’hui invités à s’y former. 
«Permis de sauver» propose le calcul automatique de l’itinéraire vers la victime, la signalisation des défibrillateurs les plus proches et une communication vidéo en temps réel avec les services d’Urgences. En envoyant des alertes aux secouristes bénévoles qui y sont connectés,  l’application permet augmenter les chances de survie des victimes . En effet, en cas d’urgence vitale, celles-ci baissent de 10% toutes les minutes, sachant que les secours professionnels en France parviennent sur les lieux 13 minutes en moyenne après avoir reçu l’alerte. 

A télécharger gratuitement sous sous Android et iOS

Le principe est simple, tout détenteur majeur d’un smartphone peut télécharger gratuitement «Permis de Sauver» (sous Android et iOS) et s’inscrire comme secouriste volontaire. Lors de son inscription, une vérification systématique de ses qualifications de secouriste est effectuée.
Les secouristes peuvent à tout moment décider d’être géolocalisés ou non en se rendant disponibles ou indisponibles via les paramètres de l’application mobile.

Un simple numéro d’urgence à composer

En cas notamment d’arrêt cardiaque, le témoin compose l’un des numéros d’urgence conventionnels (15/18/112). Le SAMU-Centre 15 géolocalise via la plateforme web «Permis de sauver» les secouristes à proximité du lieu de l’incident et leur envoient une demande d’intervention. Après avoir accepté l’intervention, le secouriste est guidé par GPS jusqu’à la victime et intervient en attendant l’arrivée des équipes de secours professionnels et d’aide médicale urgente conventionnels.

Lors des interventions, les médecins du SAMU – Centre 15 ont pour cela accès à une palette d’outils de communication modernes pour interagir avec les secouristes (live tchat, échange de photos ou encore visiocommunication).
Pour en savoir plus : permisdesauver.info

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.