Personnes en situation de handicap : nouvelle clinique du positionnement et de la mobilité

Ouverte le 1er septembre 2014 dans les locaux du service de médecine et de réadaptation du CHU de Toulouse à l’hôpital Rangueil, la Clinique du positionnement et de la mobilité (CPM) accueille les patients en fauteuil roulant souffrant de troubles posturaux.

Ouverte le 1er septembre 2014 dans les locaux du service de médecine et de réadaptation du CHU de Toulouse à l’hôpital Rangueil, la Clinique du positionnement et de la mobilité (CPM) accueille les patients en fauteuil roulant souffrant de troubles posturaux.
L’expertise de la nouvelle clinique : proposer au patient une solution posturale adaptée à sa morphologie pour une meilleure qualité de vie
En France, il existe 450 modèles de fauteuils roulants dans des catégories distinctes, pour enfant, manuel, électrique, pour le sport…
En fonction de la pathologie, du mode de vie de la personne handicapée et de critères ergonomiques, les professionnels de santé préconisent le fauteuil le plus adapté au patient, celui qui limitera l’inconfort des douleurs liées à l’assise prolongée et favorisera au mieux son autonomie dans les activités de la vie courante, les déplacements, la communication, la prise d’objets dans l’espace proche.
 
Fauteuil de simulation du CHU de Toulouse
Une activité nouvelle dont le CHU de Toulouse a été le précurseur
Cette activité, relativement récente en France, a été testée pendant plusieurs années dans le service de médecine physique et de réadaptation de l’hôpital Rangueil. Les résultats de l’évaluation ont montré la pertinence du dispositif qui a incité les associations de patients, par l’intermédiaire du Comité d’Entente Régional des associations représentatives des personnes en situation de handicap et de leurs familles, à défendre le projet.
L’Agence Régionale de Santé de Midi-Pyrénées a accompagné cette activité par un financement dédié. Le dynamisme des professionnels de santé du CHU a contribué à faire de cette clinique du positionnement et de la mobilité, la structure la plus importante de France. Son équipe compte trois ergothérapeutes, une kinésithérapeute, un médecin, une infirmière et une secrétaire médicale.
Ainsi, après une consultation préalable avec le médecin de la clinique du positionnement et de la mobilité, tout patient de Midi-Pyrénées présentant des difficultés sur son fauteuil roulant (douleur, inconfort, escarre, difficultés de déplacement, perte d’autonomie…) peut être accueilli  en hôpital de jour et bénéficier d’une prise en charge pluridisciplinaire, du lundi au jeudi.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.