Pesticides : 61 personnes intoxiquées, Angers déclenche le plan blanc

Irritations des voies oculaires et respiratoires ! 61 personnes, principalement des ouvriers agricoles ont été exposées à un produit phytosanitaire, 17 ont été hospitalisés au CHU d'Angers ce mardi 9 octobre. Devant l'afflux, l'établissement a déclenché le plan blanc à 11h10.
Irritations des voies oculaires et respiratoires ! 61 personnes, principalement des ouvriers agricoles ont été exposées à un produit phytosanitaire, 17 ont été hospitalisés au CHU d’Angers ce mardi 9 octobre. Devant l’afflux, l’établissement a déclenché le plan blanc à 11h10. 
Aucun patient n’a vu son pronostic vital engagé. Les personnes présentant des irritations des voies oculaires et respiratoires ont fait l’objet de rinçage des yeux et de nébulisation (respiration d’un produit dilatant les bronches). Après examen médical et période d’observation, toutes les personnes intoxiquées ont quitté l’établissement. Le Plan Blanc a été levé à 13h.
Les toxicologues du Centre anti-poison du CHU d’Angers rappellent aux personnes potentiellement exposées de ne pas consommer d’alcool pendant une durée de 48h. L’alcool peut, en effet, interagir avec le gaz inhalé et provoquer des symptômes (on parle d’effet antabuse) Les personnes n’ayant pas présenté de symptômes au moment de l’événement ne peuvent en déclarer plus tard.
Le metham sodium est suspecté, il aurait été utilisé lors d’un épandage dans un champ à proximité d’une pépinière de Brain-sur-L’Authion.

En savoir plus sur le Plan Blanc

Ce dispositif de crise permet à l’établissement de mobiliser immédiatement les moyens de toute nature dont il dispose en cas d’afflux de patients pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle. Au CHU d’Angers, le Plan Blanc est déclenché à partir de 12 personnes prises en charge au sein de l’établissement. . Des pré-alertes puis alertes Plan blanc sont régulièrement déclenchées sans donner lieu forcément au déclenchement du Plan Blanc. Pour rappel, les professionnels de santé du CHU ont été en alerte le 11 septembre dernier lors de l’incendie au centre de santé mentale angevin (Cesame) et dans la nuit du 23 – 24 septembre à la suite d’un incendie à Saumur.  Des exercices Plan Blanc sont régulièrement effectués au CHU d’Angers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.