Pharmacie hospitalo-universitaire : Montpellier, Nîmes et Toulouse créent une fédération régionale

« Coordonner, ouvrir et renforcer la pharmacie hospitalière et clinique » tels sont les enjeux de la nouvelle Fédération pharmaceutique hospitalo-universitaire (FPHU) qui réunit les CHU de Montpellier, Nîmes et Toulouse. Cette coopération inter CHU vient d’être officialisée par la création d’une Fédération pharmaceutique hospitalo-universitaire (FPHU), en étroite concertation avec l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie. Portée par le réseau des équipes pharmaceutiques des trois CHU, la nouvelle instance se développera dans le respect de l’autonomie de leurs Pharmacies à usage intérieur (PUI).
« Coordonner, ouvrir et renforcer la pharmacie hospitalière et clinique » tels sont les enjeux de la nouvelle Fédération pharmaceutique hospitalo-universitaire (FPHU) qui réunit les CHU de Montpellier, Nîmes et Toulouse. Cette coopération inter CHU vient d’être officialisée par la création d’une Fédération pharmaceutique hospitalo-universitaire (FPHU), en étroite concertation avec l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie. Portée par le réseau des équipes pharmaceutiques des trois CHU, la nouvelle instance se développera dans le respect de l’autonomie de leurs Pharmacies à usage intérieur (PUI).
La FPHU Occitanie : pour de meilleurs soins pharmaceutiques
« Cette fédération doit tout d’abord permettre d’améliorer l’offre territoriale de soins pharmaceutiques, qui regroupe notamment la personnalisation et la dispensation de médicaments ou dispositifs médicaux et aussi des conseils, un accompagnement, un soutien à l’éducation du patient à la santé et d’une évaluation des pratiques… Ces missions seront menées en coordonnant et en potentialisant les activités de pharmacie clinique des trois CHU d’Occitanie et en développant le lien ville-hôpital » annonce le Dr Jean-Marie Kinowski, chef du pôle Pharmacie-Santé publique du CHU de Nîmes.
La FPHU Occitanie se donne aussi pour mission de développer l’innovation thérapeutique et la recherche translationnelle, clinique et médico-économique de façon coordonnée entre Montpellier, Nîmes et Toulouse. 
L’amélioration de la qualité passe également par la promotion, l’évaluation et l’harmonisation des pratiques professionnelles, l’élaboration de référentiels communs en pharmacie clinique et par la formation continue. Sur ces différents domaines, la FPHU travaillera en concertation avec les facultés de Pharmacie de Montpellier et de Toulouse.
Un projet pharmaceutique commun
L’ambition de ce projet fédérateur est de concevoir une meilleure offre territoriale de soins pharmaceutiques, d’harmoniser la formation continue et de développer le potentiel de recherche et d’innovation des trois établissements. 
« Avec cette fédération, les trois CHU vont consolider leur position de co-référents régionaux en pharmacie hospitalière, à travers une meilleure articulation de leurs compétences respectives dans les différents domaines de la pharmacie hospitalière : la dispensation et la pharmacie clinique, les préparations et contrôles, la stérilisation et les dispositifs médicaux, et l’économie de la santé » précise le Dr Anne Jalabert, chef du pôle Pharmacie du CHU de Montpellier. 
 « La fédération accordera également une attention toute particulière à l’amélioration des parcours de soins et de la Prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients atteints de maladie chronique et notamment des patients âgés, en structurant la coordination ville-hôpital et en favorisant l’équité d’accès à des soins pharmaceutiques de qualité en Occitanie » ajoute le Dr Philippe Cestac, chef du pôle Pharmacie du CHU de Toulouse. 
Ouverture sur le GHT et les réseaux professionnels de ville
Force de proposition, la FPHU Occitanie interviendra dans le cadre des Groupements hospitaliers de territoires (GHT), sur la réorganisation des activités de pharmacie hospitalière, en lien avec le collectif « Pharmacie hospitalière Occitanie ».La FPHU travaillera en concertation avec l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) pharmaciens, le Réseau d’enseignement et d’innovation en pharmacie d’officine (REIPO) et les filières médicales.
Formation et recherche 
Au titre de la dimension universitaire des trois établissements membres, la FPHU Occitanie assurera des missions de formation continue, à l’attention des étudiants, internes et professionnels de santé. La Fédération mettra sur pied des formations communes à partir d’une réflexion conjointe sur l’évolution des besoins. Elle renforcera l’activité de recherche en facilitant le recrutement de patients dans des études contrôlées prospectives, en faisant fructifier des collaborations avec d’autres chercheurs au niveau national et international et en produisant un plus grand nombre de publications de qualité.
Les trois CHU s’engagent à favoriser la constitution d’équipes de recherche commune, en répondant aux appels d’offre régionaux et nationaux, en proposant des études communes multi-sites pour augmenter les chances d’obtention de financements et en s’associant à d’autres centres promoteurs de protocoles de recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.