Pharmacodépendance : 30% des consommateurs de médicaments psychotropes en demande de soutien

Pour prévenir les risques d’abus et d’addiction liés à la consommation de psychotropes en France, pays plus gros consommateur d’anxiolytiques et d’hypnotiques d’Europe, le CHU de Clermont-Ferrand a lancé en avril 2011 une étude* afin de mieux connaître les patients traités par benzodiazépine au-delà des 12 semaines recommandées, d’évaluer leur niveau de dépendance et de comprendre leurs besoins.

Pour prévenir les risques d’abus et d’addiction liés à la consommation de psychotropes en France, pays plus gros consommateur d’anxiolytiques et d’hypnotiques d’Europe, le CHU de Clermont-Ferrand a lancé en avril 2011 une étude* afin de mieux connaître les patients traités par benzodiazépine au-delà des 12 semaines recommandées, d’évaluer leur niveau de dépendance et de comprendre leurs besoins.
L’enquête a été menée auprès des patients présentant une ordonnance pour au moins une benzodiazépine et en consommant régulièrement depuis au moins trois mois. Les personnes étaient interrogées par les étudiants en 4e année de pharmacie au cours de leur stage en officine. L’étude a mobilisé 90 pharmacies de ville d’Auvergne, durant une semaine.

30% des consommateurs de psychotropes sont en demande de soutien

175 questionnaires ont pu être recueillis. La population recrutée comprend 70 % de femmes. Plus de 80 % consomment des benzodiazépines depuis plus d’1 an. Selon l’échelle utilisée, 40 à 64 % des patients présentent un usage problématique de benzodiazépines et 36 % ont expérimenté un syndrome de manque dont le premier symptôme évoqué est l’irritabilité. 30 % souhaitent recevoir de l’aide pour modifier leur consommation et 63 % déclarent avoir déjà fait une tentative de diminution ou d’arrêt. Enfin, 27 % des patients souffrent d’un trouble du sommeil et 37 % de troubles de la mémoire.
Les résultats de cette étude démontrent toute l’utilité de la consultation de pharmacodépendance (drogues et médicaments) ouverte en février 2011 par le Centre Addictovigilance Auvergne du CHU de Clermont-Ferrand.
Horaires du lundi au vendredi de 8h30 à 17h sur rendez-vous (04 73 751 822). Actualité pharmacodépendance sur Twitter.fr : @addictovigilant

La consommation de psychotropes en France

12 millions d’adolescents et d’adultes – soit 19 % de la population française – sont concernés par la consommation de médicaments psychotropes chaque année**. Dans 35% des cas, les durées de prescription dépassent les recommandations de 4 à 12 semaines. D’où les préoccupations concernant cette pharmacodépendance.
Correspondance : Dr Nicolas AUTHIER, nauthier@chu-clermontferrand.fr, Tél 04 73 751 822,

*Auteurs : BALAYSSAC D(2,4), PEREIRA B(2), BROUSSE G(3), ESCHALIER A(1,4,) VENNAT B(5), AUTHIER N(1,4) et le réseau des pharmaciens AMS Auvergne.
(1) Centre Addictovigilance  Auvergne / Consultation Pharmacodépendance, CHU, BP69, 63003 CLERMONT-FD. – (2) Direction Recherche Clinique et Innovations, CHU, BP69, 63003 CLERMONT-FD – (3) Urgences Psychiatriques et Psychotrauma, CHU, BP69, 63003 CLERMONT-FD – (4) UMR INSERM 766, Université d’Auvergne, Faculté de Médecine, BP38, 63001 CLERMONT-FD-
(5) Association des Maîtres de Stage en Pharmacie (AMS Auvergne), Faculté de Pharmacie, BP38, 63001 CLERMONT-FD

** The ESEMeD/MHEDEA 2000 investigators. Psychotropic drug utilization in  Europe : results from the European Study of the Epidemiological of Mental Disorders (ESEMeD) project. Acta Psychiatr Scand 2004; 109: 55-64.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.