#Plansanté : « des mesures positives » selon la Conférence des Présidents de CME de CHU

Le plan santé d'Emmanuel Macron, présenté ce mardi 18 septembre a été accueilli avec satisfaction par la Conférence des Présidents de CME de CHU Dans un communiqué, l'instance retient plusieurs mesures positives et notamment l'organisation des soins, la participation des médecins de ville aux soins d'urgence non programmés et le financement au parcours pour les personnes diabétiques et souffrant de maladie rénale chronique... Par contre, la Conférence est plus dubitative quant aux mesures financières et réglementaires qui vont accompagner le plan. Elle déplore également l'exclusion des structures publiques de la concercation.
Le  plan santé d’Emmanuel Macron, présenté ce mardi 18 septembre a été accueilli avec satisfaction par la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement de CHU. Dans un communiqué diffusé le lendemain, l’instance revient sur plusieurs mesures positives, notamment les soins gradués, la participation des médecins de ville à la prise en charge des urgences et le financement au parcours pour les personnes diabétiques ou souffrant de maladie rénale chronique… Par contre, la Conférence se montre plus dubitative sur les mesures financières  et réglementaires qui vont accompagner le plan. Elle déplore également l’exclusion des structures publiques de la concercation.

Des sujets de satisfaction

– une gradation des soins claire et formalisée des prises en charge, qui conforte l’exercice collectif et la pluridisciplinarité au sein des  Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) et des groupements hospitaliers de territoire (GHT), redonne une vision positive des hôpitaux de proximité et organise les soins de recours et référence avec une hiérarchisation des plateaux techniques et d’expertise, dont les CHU. 
une implication renforcée de la médecine de ville, notamment pour la prise en charge des urgences non programmées et non vitales en fin de journée.
un financement au parcours enfin décidé pour deux domaines clairement identifiés : le diabète et l’insuffisance rénale chronique, avec une place majeure pour les outils numériques, l’intelligence artificielle, le dossier médical partagé.
la décision de l’arrêt du numerus clausus mais dès à présent, une volonté d’optimiser le temps médical disponible en déchargeant les médecins de tâches où leur valeur ajoutée est faible (financement de postes d’assistants médicaux).
la revalorisation du service comme unité d’organisation de base de l’activité médicale et soignante, et le souhait de renforcer le PCME et la CME dans la gouvernance de l’hôpital, pour redonner une vraie place au projet médical, plaçant prévention, pertinence, organisation et qualité des soins, bien-être professionnel au premier plan, et d’assurer une formation managériale aux médecins.
lannonce d’une réflexion et de propositions spécifiques à venir pour la fin de l’année sur l’avenir du CHU et le rapport « Le CHU de demain » qui sera dévoilé le 14 décembre lors des 16es Assises Nationales Hospitalo-Universitaires.

Des points qui interrogent

Les mesures financières et réglementaires pour accompagner ces mesures restent à préciser, au-delà d’un ONDAM porté à 2,5%, soit 400 M€ en plus mais ne compensant pas la baisse déjà décidée des tarifs. Par exemple, la refonte du régime des autorisations en cours devra décliner ces nouvelles orientations.
Le cadre conventionnel et historique de concertation qui est proposé va exclure une fois de plus l’ensemble des structures publiques, et n’apparaît plus approprié à une stratégie nationale et collective, où la puissance politique veut associer tous les acteurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.