Plateau Technique de Biologie : les travaux ont commencé

La construction du futur Plateau Technique de Biologie du CHU de Dijon a débuté en janvier 2006. Ce pôle réunira sur un même site l'ensemble des 15 laboratoires de l'établissement aujourd'hui dispersés et installés dans des locaux obsolètes ainsi que les deux laboratoires du Centre anticancéreux Georges François Leclerc et les activités médico-techniques de l'antenne bourguignonne de l'Etablissement Français du Sang. Un effort tout particulier a été porté sur la mise en commun des moyens et l'automatisation des activités. D'une superficie de 13 077m², ce nouveau bâtiment représente un investissement de 28,5 millions d'euros.

La construction du futur Plateau Technique de Biologie du CHU de Dijon a débuté en janvier 2006. Ce pôle réunira sur un même site l’ensemble des 15 laboratoires de l’établissement aujourd’hui dispersés et installés dans des locaux obsolètes ainsi que les deux laboratoires du Centre anticancéreux Georges François Leclerc et les activités médico-techniques de l’antenne bourguignonne de l’Etablissement Français du Sang. Un effort tout particulier a été porté sur la mise en commun des moyens et l’automatisation des activités. D’une superficie de 13 077m², ce nouveau bâtiment représente un investissement de 28,5 millions d’euros.

Cette opération s’inscrit dans le cadre plus général du regroupement sur un lieu unique des activités MCO et du plateau technique du CHU. Les bénéfices attendus allient l’amélioration et l’efficience de l’organisation à la qualité des prestations, dans le respect du Guide de Bonne Exécution des Analyses.

« Le plateau de biologie ne se limite pas une simple juxtaposition géographique des services actuels précise Alain Lalié, Secrétaire Général. Les processus ont été entièrement repensés selon les principes de mutualisation des moyens et d’automatisation des activités. » Ainsi, la nouvelle organisation du travail se traduit dans la distribution des activités partagées en espaces communs et en unités spécifiques dédiées aux actes spécialisés. Les espaces communs comprennent des zones techniques, logistiques et administratives, un secteur préanalytique, un plateau technique automatisé et de garde, des « ateliers » médico-techniques communs, le plateau de microbiologie, etc… Parmi les unités spécialisées on retrouvera : l’anatomie pathologie, la génétique moléculaire, la bactériologie, la biochimie, les explorations fonctionnelles, l’hématologie biologique, l’immunologie, la virologie-sérologie, la pharmacologie, la parasitologie…

Des gains de productivité sont attendus grâce à la rationalisation des structures, des processus de production et à la mise en commun des moyens : équipements, locaux et personnel. La diminution des effectifs affectés aux activités concernées a été estimée à près de 15%. Le futur plateau technique de biologie favorisera également le développement des activités de pointe répondant ainsi à la vocation et aux missions d’un établissement hospitalo-universitaire. L’innovation et recherche seront menées en lien avec le plateau de recherche de l’Université et les structures INSERM.

Le Plateau Technique de Biologie en chiffres
La surface totale à construire est de l’ordre de 13 077 m², dont 10 122 m² pour la partie intéressant les activités regroupées du CHU et du Centre anticancéreux Georges François Leclerc et 2 955 m² pour les activités de l’Etablissement Français du Sang.
Le coût prévisionnel d’investissement est de 28 577 000 euros (valeur « fin de chantier », toutes Dépenses Confondues).
La société AIA « atelier de la Rize » assure la maîtrise d’oeuvre de ce projet qui a par ailleurs bénéficié d’un soutien financier au titre du plan « Hôpital 2007 ».
La fin des travaux est prévue pour Janvier 2008.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.