Plus beau, plus grand, plus efficient : le nouvel hôpital Nord

Pour répondre aux besoins de santé de la population, l'hôpital universitaire stéphanois crée un pôle santé de 20 ha. Avec le «campus hospitalo-universitaire Nord», le CHU de Saint-Etienne poursuit son programme de reconstruction débutée en 2002 avec l'aménagement de nouveaux bâtiments de Médecine, de Chirurgie et d'Urgences, de Psychiatrie adulte, de Pédopsychiatrie, de la Cuisine centrale, du Plateau de Biologie et de l'Institut de Cancérologie de la Loire. Au total seront 72 unités seront transférées. Le grand déménagement a débuté le 8 décembre avec le transfert des activités de Médecine et de Chirurgie et s'achèvera fin janvier 2009 avec le transfert des Urgences adultes.

Pour répondre aux besoins de santé de la population, l’hôpital universitaire stéphanois crée un pôle santé de 20 ha. Avec le «campus hospitalo-universitaire Nord», le CHU de Saint-Etienne poursuit son programme de reconstruction débutée en 2002 avec l’aménagement de nouveaux bâtiments de Médecine, de Chirurgie et d’Urgences, de Psychiatrie adulte, de Pédopsychiatrie, de la Cuisine centrale, du Plateau de Biologie et de l’Institut de Cancérologie de la Loire. Au total seront 72 unités seront transférées. Le grand déménagement a débuté le 8 décembre avec le transfert des activités de Médecine et de Chirurgie et s’achèvera fin janvier 2009 avec le transfert des Urgences adultes.

A terme, le campus hospitalo-universitaire Nord regroupera la Faculté de Médecine, le Centre d’Ingénierie et Santé en lien avec l’Ecole Nationale Supérieure des Mines, l’Institut Régional de la Médecine et d’Ingénierie du Sport, l’Institut Fédératif de Recherche spécialisé en sciences et technologies de la santé, le Centre Régional de Ressources pour l’Information, la Prévention et l’Education sur les Cancers.

L’hôpital Nord : un centre de soins, d’enseignement et de recherche ultra moderne
Bien qu’il soit près de deux fois plus vaste que l’ancien, le nouvel hôpital Nord est un bâtiment à taille humaine. Pas d’effet monobloc mais une continuité bien négociée avec les modules existants où les spécialités sont clairement identifiées et individualisées : médecine, chirurgie, plateau technique et urgences.

Des circuits et des délais raccourcis
Les 10 bâtiments de soins s’étendent sur 80 000 m² de construction neuve. Ils sont articulés autour d’un plateau technique de pointe, centre de gravité de l’établissement. Le nouvel l’Hôpital Nord s’est doté des dernières technologies en matière d’équipements médicaux : 3 scanners dont un dédié à l’urgence, 2 IRM (IRMAS), 4 gamma-caméras et 1 TEP Scan. A proximité du plateau technique se trouve également le nouveau Plateau de Biologie regroupant l’ensemble des laboratoires du CHU. Equipé d’une chaîne robotique analytique de biologie, unique en Europe, il est relié aux services de soins via un réseau de pneumatiques de 84 gares.

Le bloc opératoire, la radiologie interventionnelle, la réanimation, les soins continus post opératoires et le scanner d’urgence sont réunis au même niveau. Quant aux secteurs d’hospitalisation, de consultation et d’exploration d’une même spécialité, ils sont à proximité immédiate.

L’architecture fonctionnelle et les connexions entre services facilitent la pluridisciplinarité indispensable à une prise en charge globale. Elles apportent une réponse adaptée à une attente forte des patients.

Les circulations sont facilitées par la création de rues intérieures qui relient le nouveau hall d’accès aux accueils des consultations et aux ascenseurs menant aux étages d’hospitalisation. Ces deux rues sont doublées de circulations uniquement réservées aux malades. Cette séparation effective des flux public-visiteurs des malades préserve le confort et l’intimité des familles et des patients.

Des espaces accueillants et rassurants, baignés par la lumière naturelle
Les perspectives jouent avec les volumes, les lignes et les matériaux. L’utilisation du bois et des couleurs chaudes a été privilégiée. Un soin particulier a été porté aux zones d’accueil où le même motif végétal facilite le repérage.

Le confort hôtelier est également soigné. La plupart des chambres sont à un lit avec cabinet de toilette (douche et WC) accessible pour les personnes handicapées. L’ensemble des chambres est rafraîchi et comprend toutes les commandes à la tête du lit (lumière, stores électriques,…).

Chiffres clés de la modernisation
Coût global des travaux : 140 millions d’euros
– Médecine et Urgences : 65 millions euros
– Chirurgie : 75 millions euros
70 entreprises, souvent locales, sont intervenues sur le chantier

Surface dans oeuvre : 70 942 m² dont
– Médecine : 17 861 m²
– Urgences : 13 032 m²
– Chirurgie : 40 049 m²
Surface de l’Hôpital Nord 200 000 m² en 2008 contre 84 000 m² en 2000 :

Lits et places : 449 dont
– Médecine : 158
– Urgences : 87
– Chirurgie : 204
A l’issue du projet, l’Hôpital Nord comprendra 1 347 lits en 2000, il en comportait 1 044.

A l’issue du projet, l’Hôpital Nord emploiera 4 000 agents contre 2 054 en 2000

Chirurgie, réanimation et radiologie interventionnelle
Bloc opératoire de 17 salles venant compléter le bloc existant entièrement rénové de 9 salles,
3 salles de réveil,
13 salles de radiologie dont une unité de radiologie interventionnelle neurologique, cardiologique et générale comportant 6 salles contigües au bloc opératoire et à la réanimation,
59 lits de réanimation et surveillance continue sur un même niveau,

L’hôpital Bellevue sera aussi modernisé. Il abritera toujours les activités de Médecine Physique et de Réadaptation, de Psychiatrie ainsi que les instituts de formation paramédicale. Nouveauté : la création d’un ensemble gériatrique devrait voir le jour dans un site paysager à proximité du centre-ville. Il regroupera les unités de Gériatrie de l’Hôpital la Charité et du pavillon Trousseau

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.