Plus de 6 000 accouchements, le CHR de Metz-Thionville se hisse au rang des premières maternités de France

Depuis l'intégration de l’Hôpital-Maternité Sainte Croix en 2009 et l’ouverture en janvier 2013 sur le site de Mercy, de l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Metz (156 lits et places sur 15 000 m²), le CHR a renforcé son attractivité auprès des 600 000 habitants du territoire Nord-Lorrain. Il enregistre une progression constante de son activité naissance et gynéco-obstétrique entre +45% pour les entrées en obstétrique et +15% pour les passages aux Urgences Gynécologiques et Obstétriques pour le second semestre 2013. Une dynamique débutée en 2013
Depuis l’intégration de l’Hôpital-Maternité Sainte Croix en 2009 et l’ouverture en janvier 2013 sur le site de Mercy, de l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Metz (156 lits et places sur 15 000 m²), le CHR a renforcé son attractivité auprès des 600 000 habitants du territoire Nord-Lorrain. Il enregistre une progression constante de son activité naissance et gynéco-obstétrique entre +45% pour les entrées en obstétrique et +15% pour les passages aux Urgences Gynécologiques et Obstétriques pour le second semestre 2013. Une dynamique débutée en 2013 où l’établissement a vu croître de 19% les naissances sur l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Metz (+ 410 naissances) et les entrées en gynécologie-obstétrique (+1 200 femmes accueillies) par rapport à 2012.
Le CHR Metz-Thionville compte plus de 2 500 naissances sur chacun de ses deux sites soit plus de 5 000 au total. Un chiffre porté à portée à plus de 6 000 accouchements par an en associant la Maternité du CH de Briey.
En 2014, des chiffres toujours à la hausse ! Fin mai plus de 2 000 accouchements ont déjà été comptabilisés au CHR dont près de 1 130 sur le site de Metz, soit une hausse globale de 28% (247 accouchements supplémentaires) par rapport à la même période en 2013. L’activité d’obstétrique sur l’hôpital Femme-Mère Enfant de Metz enregistre + 9% d’entrées en hospitalisation complète et de jour. De la même manière les niveaux d’activité de l’unité kangourou (+34%), de pédiatrie (+26%) et de néonatologie (+14%) marquent tous une progression par rapport à l’année précédente. L’activité externe suit la même évolution avec +19% (+3 280 venues).
Comment expliquer un tel succès ?
Tout d’abord par un accès simplifié à l’établissement et des conditions d’accueil et de prise en charge optimales offertes par une structure flambant neuve – pour ce qui est de Metz avec notamment une salle de naissances « nature » qui s’ajoute aux sept salles « classiques » et une unité kangourou. Autre atout : le partenariat renforcé avec les sages-femmes libérales (voir explications ci-dessous). Et surtout la qualité des professionnels exerçant sur le site, la cinquantaine de praticiens et les 280 personnels non médicaux. Les équipes assurent notamment des activités de pointe avec le service d’Aide Médicale à la Procréation (AMP).
Cette unité est d’ailleurs la seule en Régions Alsace et Lorraine à maîtriser la technique « IMSI » (Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes morphologiquement sélectionnés), rendue possible grâce à un microscope perfectionné et une expertise médicale. Précurseur en Région Lorraine de la technique de vitrification embryonnaire, le centre AMP du CHR est aussi le seul à réaliser la vitrification ovocytaire (technique destinée à préserver la fertilité des patientes devant subir une stérilisation) et à proposer le don d’ovocytes, activité qu’il veut développer ainsi que les prises en charge relatives à l’oncofertilité.
En 2013, le Centre AMP a effectué 238 fécondations InVitro, 426 ICSI (fécondation par micro injection) et 526 transferts d’embryon.
Le CHR assure également une activité de diagnostic anténatal et de génétique avec des consultations et des examens en cytogénétique pré et post natal ainsi qu’une activité d’oncogénétique, en lien avec le CHU de Nancy et le centre de référence du Grand Est à Dijon.
Focus sur trois prises en charge innovantes
La salle d’accouchement dite « nature » propose aux femmes d’accoucher le plus naturellement possible. Plus de lit d’accouchement, mais une baignoire, des ballons, et un lit normal, sans étriers.
Une unité kangourou préserve le couple mère-enfant et maintient l’enfant à sa place physiologique, près de sa mère, tout en assurant une sécurité médicale. La méthode Kangourou se définit comme étant un portage du nouveau-né peau à peau contre la poitrine de sa mère (ou un autre membre de la famille), 24h / 24. L’unité kangourou en néonatologie a accueilli dès 2013 les premiers nouveaux nés hospitalisés avec leurs parents.
Un partenariat renforcé avec les sages-femmes libérales. Afin de mieux répondre à une demande de plus en plus importante des patientes qui souhaitent sortir plus tôt de l’hôpital, les mères ont désormais la possibilité de quitter la maternité au bout de 2 jours. La convention signée avec 14 sages-femmes libérales permet de préparer très en amont le retour à domicile, et de répondre ainsi à de nombreuses attentes.
Dans ce cadre, le CHR participe au programme PRADO, mené par l’Assurance-maladie, favorisant le retour au domicile des mamans après la naissance du bébé, assurant la mise en relation des mamans avec les sages-femmes libérales de leur choix. Les taux d’adhésion (88%) et de satisfaction (93,42%) des patientes ayant accouché à la maternité sont supérieurs à la moyenne obtenue pour l’ensemble des établissements inclus dans le programme en Moselle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.