La 13 édition de « Plus de vie » conduira Bernadette Chirac au CHU d'Amiens, le mardi 10 novembre à 15H00. L'occasion de rappeler l'importance de cette campagne de solidarité qui permet de financer les projets d'amélioration de la vie quotidienne des personnes âgées à l'hôpital.

La 13 édition de « Plus de vie » conduira Bernadette Chirac au CHU d’Amiens, le mardi 10 novembre à 15H00. L’occasion de rappeler l’importance de cette campagne de solidarité qui permet de financer les projets d’amélioration de la vie quotidienne des personnes âgées à l’hôpital.

Grâce à la générosité de tous, 3 000 projets ont transformé le quotidien des personnes âgées résidant dans plus de 1 000 établissements de 920 villes de France. En 2008, quatre CHU ont bénéficié de ce vaste élan intergénérationnel.

Le CHU d’Amiens avec l’achat d’un dispositif de maintien de posture qui soulage les douleurs pour un montant de 1 000 €
Le CHU de Grenoble grâce au financement de mobiliers destinés à aménager un espace rencontre convivial pour un montant de 2 300 euros.
Le CHU de Nancy avec une commande de matelas anti-escarres curatifs d’un montant de 3 000 €
Le CHU de Rouen avec l’acquisition de coussins de positionnement pour améliorer la prise en charge de la douleur pour un montant de 900 euros

« La vieillesse nous concerne tous et nos aînés ont besoin de toute notre attention et de notre respect. Lutter contre la douleur, favoriser le rapprochement avec les familles, améliorer l’accueil et le confort, développer les activités : il y a tant à faire pour les personnes âgées hospitalisées. » rappellent d’une même voix les organisateurs, les soignants, les familles, les donateurs et les partenaires de l’opération.
« Plus de vie » a été lancée en 1997 à l’initiative de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, présidée par Bernadette Chirac et avec le soutien de Mireille Darc et d’Aimé Jaquet. La campagne se déroule chaque année du 1er au 31 octobre.
Cette collecte de fonds permet de financer les projets des équipes médicales et soignantes soucieuses de répondre aux préoccupations et aux besoins des personnes âgées à l’hôpital.

Autres exemples de projets soutenus par la Fondation

Achat d’une machine à lire à Ambazac (Haute-Vienne, Limousin)
qui scanne un livre et reproduit oralement son contenu. Une technique très utile aux personnes visuellement déficientes.
Montant de la subvention : 1 715 €

Achat de matériel informatique avec commande tactile et vocale adapté aux personnes âgées au Vigan(Gard, Languedoc-Roussillon).
Montant de la subvention : 5 000 €

Mise en scène d’un conte musical intergénérationnel avec les personnes âgées hospitalisées et les enfants de l’école du village à l’hôpital gériatrique du Val d’Azergues àAlix (Rhône, Rhône-Alpes) : Ce conte sera présenté à plusieurs occasions dans les communes avoisinantes.
Montant de la subvention : 2 000 €.

Atelier d’art thérapie à Noyon (Oise, Picardie), au centre hospitalier de la Haute Vallée de l’Oise, pour permettre aux résidents de participer à une activité artistique.
Montant de la subvention : 3 050 €

Acquisition demobilier pour améliorer l’accueil et le confort des résidents et de leurs familles à Tonnay-Boutonne (17).
Montant de la subvention : 2 000 €

Création d’un espace intergénérationnel pouvant accueillir les résidents et leurs petits enfants à Brignoles (83).
Montant de la subvention : 7 000 €

Acquisition d’un minibus pour que les personnes âgées participent aux activités extérieures à Quimper (29).
Montant de la subvention : 10 000 €

Aménagement d’un salon d’esthétique et de coiffure àMarmande (47).
Montant de la subvention : 2 860 €

Création d’un espace intergénérationnelpouvant accueillir les résidents et leurs petits enfants à Brignoles (83).
Montant de la subvention : 7 000 €

….

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.