Poids et arthrose : les liaisons dangereuses

Le 8 mai 2012, Lyon capitale mondiale de la gastronomie, accueille la 1ère édition d’une rencontre scientifique centrée sur le patient en surpoids ET arthrosique et intitulée JAPA*, Journée Annuelle Poids et Arthrose ; ce colloque est organisé dans le cadre du congrès européen d’obésité**. Au coeur des débats : les liens entre le surpoids et la maladie rhumatologique la plus répandue : l’arthrose

Le 8 mai 2012, Lyon capitale mondiale de la gastronomie, accueille la 1ère édition d’une rencontre scientifique centrée sur le patient en surpoids ET arthrosique et intitulée JAPA*, Journée Annuelle Poids et Arthrose ; ce colloque est organisé dans le cadre du congrès européen d’obésité**.
Au coeur des débats : les liens entre le surpoids et la maladie rhumatologique la plus répandue : l’arthrose. Des préoccupations qui auront une résonnance tout particulière dans la cité de Bocuse.
Il sera question de surcharge pondérale, de troubles métaboliques causés par une alimentation trop riche, notamment en graisses saturées – Haro sur la saucisse lyonnaise ! – et surtout de leurs répercussions sur l’arthrose, et singulièrement la gonarthrose maladie articulaire douloureuse et handicapante touchant de 16 à 20 % des femmes de plus de 60 ans !
Déjà très impliquée dans les relations entre alimentation et santé, le Pr Martine Laville des HCL a soutenu ce projet, séduite par l’idée de collaborer avec les rhumatologues, dont le Dr Muriel Piperno de l’Hôpital Lyon Sud, spécialiste de l’arthrose.
Ensemble, les professionnels de santé évalueront les liens entre obésité et arthrose et étudieront des solutions thérapeutiques -communes ou propres à chaque discipline. Ils devront tenter de résoudre l’impossible équation soulevée par tout obèse arthrosique qui doit marcher pour éliminer sa surcharge pondérale mais qui est handicapé du fait de son arthrose. Doit-il en premier bénéficier d’un anneau gastrique ou d’un by pass ou être opéré d’une prothèse de hanche ou de genou ? Quels critères retenir pour définir la bonne stratégie thérapeutique ? Pour répondre à ces questions et explorer de nouvelles pistes dans la prise en charge de ces patients, quoi de mieux qu’une confrontation entre spécialistes d’horizon différents, de scientifiques et de généralistes dont la connaissance des patients et de leurs habitudes de vie est précieuse.

Nutritionnistes, rhumatologues, orthopédistes, chirurgiens bariatriques, médecins généralistes sont invités à réfléchir ensemble à de nouvelles solutions pragmatiques afin d’améliorer le quotidien de ces patients polypathologiques.

*Symposium JAPA 8 mai 2012 centre de congrès de LYON 17 h 30 – 21 h 15
www.japa.pro
**www.eco2012.org

Pour plus d’information : Dr Elisabeth OHAYON 06 61 22 96 57 –
elisa.benalloul-ohayon@wanadoo.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.