Poitiers se dote d’une IRM 7 Tesla à vocation clinique, une 1ère en France

Troisième de France* mais première implantée dans un CHU pour la réalisation d'examens cliniques en complément de l'activité de recherche, l'IRM 7 Tesla de Poitiers sera utilisée pour mieux caractériser les anomalies détectées en neurologie (épilepsie chez les jeunes, affections touchant les noyaux gris centraux, l’Alzheimer, gliomes), ostéo-articulaire (maladies arthrosiques, notamment l’étude de l’altération des cartilages) ou encore pour l'identification précoce de la spondylarthrite ankylosante. Cette machine à ultra haut champ fournit davantage d'informations et des images anatomiques d'une précision inframillimétrique, supérieures en qualité à celles délivrées jusque là par des IRM classiques.
Troisième de France* mais première implantée dans un CHU pour la réalisation d’examens cliniques en complément de l’activité de recherche, l’IRM 7 Tesla de Poitiers  est utilisée pour mieux caractériser les anomalies détectées en neurologie (épilepsie chez les jeunes, affections touchant les noyaux gris centraux, l’Alzheimer, gliomes), ostéo-articulaire (maladies arthrosiques, notamment l’étude de l’altération des cartilages) ou encore pour l’identification précoce de la spondylarthrite ankylosante. Cette machine à ultra haut champ fournit davantage d’informations et des images anatomiques d’une précision inframillimétrique, supérieures en qualité à celles délivrées jusque là par des IRM classiques. 
Le projet de l’IRM 7 Tesla est né d’une réflexion, engagée en 2017 par le CHU de Poitiers, sur son attractivité médicale et de recherche. L’objectif était de conforter son rayonnement en tant que pôle d’excellence régional dans le domaine de l’imagerie par résonance magnétique, en acquérant cet équipement de pointe. Ce projet a été inscrit au livre blanc sur la recherche au CHU de Poitiers publié le 23 mars 2018. Selon le Pr Rémy Guillevin, médecin radiologue et chercheur, porteur du projet « le projet était ambitieux. Mais j’ai envie de dire que le pari est déjà réussi. Alors même que la machine n’est pas opérationnelle, nous avons recruté des chercheurs étrangers. C’est l’attractivité combinée des moyens financiers  et des moyens technologiques qui permettent de garder et d’attirer des chercheurs ».
Equipement d’imagerie à résonance médicale, dite « ultra haut champ », ce bijou de haute technologie de 20 tonnes a nécessité la construction d’un écrin particulier, un bâtiment et une salle d’examen surdimensionnés en taille et en blindage.
L’acquisition cette machine s’inscrit dans le partenariat entre le CHU de Poitiers et l’entreprise Siemens qui a conduit à la création, en juin, d’un laboratoire commun CNRS-entreprise baptisé « imagerie métabolique multi-noyaux multi-organes » (I3M).
Après l’IRM 3 Tesla per-opératoire arrivée en 2017 au sein du bloc opératoire du centre cardio-vasculaire, l’IRM 7 Tesla vient enrichir le plateau d’imagerie du CHU qui compte désormais cinq IRM.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures prêt, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.