Poitiers soutient l’activité des CH du Blanc et de Montmorillon

Sentinelles postées en première ligne sur des territoires ruraux accablés par un manque crucial de médecins, les hôpitaux de proximité ont besoin du soutien des CHU. Grâce à l’appui du CHU de Poitiers, l’hôpital de Montmorillon a vu son activité augmenter régulièrement depuis 2007, date de la signature de la première convention. Quant au CH du Blanc, en situation difficile, il a récemment sollicité le CHU de Poitiers pour conforter son offre de soins. « Le CHU de Poitiers apporte son concours sur ces deux dossiers par souci d’équité et aussi parce qu’il porte haut les valeurs du service public dont le principe d’égalité d’accès aux soins » déclare son directeur général Jean-Pierre Dewitte. Sous son impulsion, le CHU a déployé un panel de solutions pragmatiques sur les deux sites : temps médical partagé, consultations avancées, développement de nouvelles complémentarités…

Sentinelles postées en première ligne sur des territoires ruraux accablés par un manque crucial de médecins, les hôpitaux de proximité ont besoin du soutien des CHU. Grâce à l’appui du CHU de Poitiers, l’hôpital de Montmorillon a vu son activité augmenter régulièrement depuis 2007, date de la signature de la première convention. Quant au CH du Blanc, en situation difficile, il a récemment sollicité le CHU de Poitiers pour conforter son offre de soins. « Le CHU de Poitiers  apporte son concours sur ces deux dossiers par souci d’équité et aussi parce qu’il porte haut les valeurs du service public dont le principe d’égalité d’accès aux soins »  déclare son directeur général Jean-Pierre Dewitte. Sous son impulsion, le CHU a déployé un panel de solutions pragmatiques sur les deux sites : temps médical partagé, consultations avancées, développement de nouvelles complémentarités…
La structuration de cette organisation sera finalisée en septembre 2013 dans le cadre d’une fédération médicale inter-hospitalière (FMIH) entre le CHU de Poitiers, le CH du Blanc et le CH de Montmorillon avec  à sa tête un coordonnateur médical : le professeur Michel Carretier, chef du service de chirurgie viscérale du CHU.  Focus sur des partenariats exemplaires.
La maternité et la chirurgie du Blanc rassérénées par la collaboration avec le CHU de Poitiers
Fin 2012, le CHU de Poitiers a été sollicité par les agences régionales de santé (ARS) des régions Centre et Poitou-Charentes pour accompagner l’hôpital du Blanc dans ses évolutions, dans le cadre des réflexions sur l’avenir de la maternité et de l’activité de chirurgie dans cet établissement. Suite à la décision ministérielle de maintenir ces services, plusieurs engagements ont été pris par le CHU, permettant au Centre hospitalier du Blanc de conforter la maternité en contribuant à sa permanence chirurgicale et d’élargir son offre de santé à de nouvelles spécialités.
Au-delà de la maternité et de la chirurgie, 4 axes majeurs de coopération sont déjà actés :
Le Blanc : renforcement de la présence en chirurgie viscérale
Dans le rapport du professeur Pierre sur le fonctionnement de la maternité du Blanc, des difficultés majeures ont été pointées dont les problèmes de permanence chirurgicale jour / nuit. Une situation d’autant plus préoccupante qu’en cas d’hémorragie de la délivrance, de rupture utérine, ou de plaie des organes lors des césariennes, aucun transfert n’était possible. Pour pallier cette carence, une activité obstétricale partagée avec le CHU a été instaurée permettant d’engager un jeune chirurgien le docteur Sorina Cornateanu, recruté sur un statut de praticien contractuel à partir du 1er mai 2013. Dans un premier temps, le Sorina Cornateanu effectuera  60% de son activité au CH du Blanc et 40% au CHU de Poitiers afin de continuer à se former. Au bout de trois mois, 80% de son activité sera dédiée au CH du Blanc et 20% au CHU. Ses missions : assurer les urgences obstétricales, contribuer à l’activité de chirurgie viscérale et ainsi, réduire les fuites pour des activités « classiques » telles que les cures de hernie ou les ablations de vésicules sous coelioscopie…
Le Blanc – Montmorillon : développement de l’orthopédie
Soucieux de répartir  l’offre de soins de  manière plus équilibrée, le CHU a organisé une coopération en orthopédie entre les centres hospitaliers du Blanc et de Montmorillon. Ainsi, le docteur Aboudib chirurgien au CH du Blanc exercera une journée par semaine au CH de Montmorillon pour opérer les patients vus en consultations au CH du Blanc. Ce qui implique le transfert d’une partie de l’activité d’orthopédie (hors petite traumatologie) du Blanc vers Montmorillon.
A Montmorillon, le docteur Leclerq poursuivra ses interventions orthopédiques de prothèse de genou, prothèse d’épaule… avec si nécessaire, une orientation vers le CHU pour les actes plus complexes tels que les interventions sur le rachis ou reprises de prothèse de genou.
Pour accompagner cette nouvelle organisation, des consultations avancées d’orthopédie ont été ouvertes au CH du Blanc par un chirurgien orthopédiste du CHU. Elles se déroulent une fois tous les 15 jours (le jeudi après-midi), depuis le 30 mai 2013.
Le Blanc : consultations avancées d’urologie
Sur l’initiative du CHU de Poitiers des consultations avancées d’urologie ont démarré en avril au CH du Blanc, avec l’intervention du docteur Thomas Charles, une fois par quinzaine.
Le Blanc : ophtalmologie en attente
N’ayant plus d’ophtalmologue, le CH du Blanc s’est tourné vers le CH de Châteauroux qui a recruté un ophtalmologue médical, spécialisé dans la prise en charge des pathologies ophtalmologiques des personnes âgées. Châteauroux devrait engager en 2014 un ophtalmologue chirurgien pour réaliser  notamment les injections intra vitréennes en activité externe. Pour le moment, l’ophtalmologue castelroussin ne peut effectuer de vacations sur Le Blanc et Poitiers n’est pas en mesure d’apporter une solution. Sollicitée, le docteur Boissonnot, chef de service au CHU, s’est engagée à essayer de trouver une réponse pour novembre 2013, peut-être sous la forme d’un poste d’assistant spécialiste régional partagé.
Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.