Pôle régional de cancérologie, le projet prend forme

Futur centre de soins, de coordination, d'enseignement, de formation et de recherche du Poitou-Charentes, le Pôle Régional de Cancérologie sera édifié sur le site de l'hôpital de la Milétrie. Avec une superficie de 12 040m2 répartis sur 5 niveaux et une capacité de 120 lits et places, cette nouvelle structure offrira une réponse adaptée à l'augmentation du nombre de personnes souffrant de pathologies cancéreuses (+ 7,73%). Le montant du coût prévisionnel des travaux est estimé à une vingtaine de millions d'euros.

Futur centre de soins, de coordination, d’enseignement, de formation et de recherche du Poitou-Charentes, le Pôle Régional de Cancérologie sera édifié sur le site de l’hôpital de la Milétrie. Avec une superficie de 12 040m2 répartis sur 5 niveaux et une capacité de 120 lits et places, cette nouvelle structure offrira une réponse adaptée à l’augmentation du nombre de personnes souffrant de pathologies cancéreuses (+ 7,73%). Le montant du coût prévisionnel des travaux est estimé à une vingtaine de millions d’euros.

Réorganisation de l’activité cancérologique de l’établissement pour une prise en charge globale centrée sur le patient
« Le Pôle régional de cancérologie ne se résume pas au regroupement des trois services d’Oncologie ; son originalité va bien au-delà par son ouverture aux spécialistes d’organes. Ainsi, un patient dont le cancer sera diagnostiqué dans un service de spécialité, sera, le cas échéant opéré dans ce même service, le geste relevant de cette discipline. Puis le suivi du malade et sa prise en charge thérapeutique, propres au cancer et non à l’organe, se dérouleront au sein de la structure PRC. Le médecin ou chirurgien spécialiste d’organe restera le médecin référent. Il assurera ce rôle dans le PRC en collaboration étroite avec les cancérologues. C’est à la fois un avantage pour le patient, dont le parcours thérapeutique sera géré par le même médecin, et pour le praticien qui suivra son évolution. La présence des médecins spécialistes d’organes au sein du PRC et le regroupement d’équipes pluridisciplinaires engendreront une orientation plus rapide du malade vers le(s) médecin(s) concerné(s), cancérologue(s) ou non, et les décisions thérapeutiques seront facilitées.

Les médecins référents seront entourés de personnels formés et experts en cancérologie pour la prise en charge médicale et psychologique de la personne. » explique le professeur Jean-Marc Tourani, chef du service d’Oncologie médicale, membre du comité de pilotage du pôle régional de cancérologie (PRC).

Enfin, les équipes et les patients disposeront du dossier médical unique et communicant, et de tout le plateau des soins de support, tel le réseau ville-hôpital cancérologique qui coordonnera entre autres l’hospitalisation à domicile.

Un atout pour le Poitou-Charentes
Le Poitou-Charentes est l’une des cinq régions sanitaires non dotées de centre de lutte contre le cancer. Le pôle régional de cancérologie renforcera la coordination renforcée entre les acteurs. Lieu d’enseignement et de formation en cancérologie, il sera à la disposition des équipes spécialisées et pour les autres disciplines médicales et chirurgicales.
Enfin, le PRC s’inscrira dans le cancéropôle grand ouest qui regroupe 4 régions (Centre, Pays-de-Loire, Bretagne et Poitou-Charentes) et dont la vocation est de développer la recherche fondamentale et le transfert vers la recherche clinique. De son côté, le pôle régional de cancérologie consacrera une partie de son activité à la recherche clinique, clinico-biologique et fondamentale, en collaboration étroite avec le Centre de recherche clinique et la Délégation régionale à la recherche clinique. Un espace recherche sera d’ailleurs intégré au bâtiment ainsi qu’une tumorothèque.

Pôle régional de cancérologie : caractéristiques techniques
Le futur bâtiment dédié à la cancérologie sera construit sur le site de l’hôpital de la Milétrie, à proximité immédiate de Jean Bernard, en liaison avec l’ensemble du plateau technique. D’une surface de 12000m2, sa capacité d’accueil s’élèvera à 56 lits d’hospitalisation conventionnelle, 26 lits d’hospitalisation de semaine et 30 places d’hospitalisation de jour.
84 postes non-médicaux et 5 postes médicaux seront crées. Il sera équipé de matériels de traitement en imagerie et en radiothérapie : 1 mammotome, 1 scanographe dédié pour simulation de traitement et 4 accélérateurs.

Planning du programme
– 14 janvier 2004 : signature de l’avenant au Contrat d’objectifs et de moyens
– 1er trimestre 2004 : définition du programme et du programme technique détaillé (PTD)
– 2ème trimestre 2004 : concours d’architecture
– octobre 2004 : choix de la maîtrise d’oeuvre
– fin 2005 : début des travaux
– 2ème semestre 2007 : ouverture

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.