Pôle régional de cancérologie

La création d'un Pôle régional de cancérologie figure parmi les axes prioritaires du contrat d'objectifs et de moyens 2002/2006 signé entre l'ARH et le CHU de Poitiers. Un avenant signé début janvier 2003 précise les ressources attribuées : aménagement ou construction de 12.000 m2, 32 millions d'Euros, 90 créations de poste. Une dotation que justifie la forte augmentation de l'activité cancérologique.

La création d’un Pôle régional de cancérologie figure parmi les axes prioritaires du contrat d’objectifs et de moyens 2002/2006 signé entre l’ARH et le CHU de Poitiers. Un avenant signé début janvier 2003 précise les ressources attribuées : aménagement ou construction de 12.000 m2, 32 millions d’Euros, 90 créations de poste. Une dotation que justifie la forte augmentation de l’activité cancérologique.

Forte progression de la cancérologie
Le CHU de Poitiers est devenu le site de référence cancérologique régional du fait notamment de l’absence de centre de lutte contre le cancer en Poitou-Charentes. Seul centre du département de la Vienne, l’établissement est classé centre lourd en radiothérapie. Une situation de quasi monopole qu’explique la haute spécialisation et l’attraction des services d’oncologie : un patient sur 5 est hospitalisé au CHU dans le cadre d’une prise en charge cancérologique. Ces séjours représentent près de la moitié des entrées (43%).

Entre 1998 et 2000, la cancérologie a augmenté de 7.73%, soit 2,5 % de plus que l’activité générale du CHU. Et parallèlement, les dépenses médicales ont crû de façon exponentielle : (+176 %) en oncologie médicale, (+31 %) en oncologie chirurgicale. Globalement, les dépenses de médicaments anticancéreux ont connu une hausse de plus de 40 % entre 2000 et 2001 passant de 3,35 M¬ en 2000 à et 4,72 M¬ en 2001. Quant aux chimiothérapies, elles ont progressé de 6.99% entre 1998 et 1999.

La Fédération de cancérologie et d’hématologie, préconisée par le Contrat d’Objectifs et de Moyens, a été créée par délibération du 13 octobre 2000. Cette fédération regroupera dans le même bâtiment les services d’Oncologie radiothérapique, d’Oncologie médicale et d’Oncologie hématologique et thérapie cellulaire jusqu’à présent éclatés sur quatre sites.

Cette structure permettra d’augmenter l’offre de soins de 15 lits. Certains seront réservés à l’accompagnement en fin de vie. La capacité de prise en charge des hospitalisations de jour sera également renforcée de même que l’accompagnement psychologique des patients et de leur famille.

Les moyens accordés par l’ARH permettront aussi de développer la curiethérapie, de soutenir l’action chirurgicale cancérologique, la chimiothérapie en doublant les moyens de préparation des cytostatiques, de renouveler le parc de radiothérapie (accélérateur de particules) et d’accompagner l’innovation thérapeutique.

La Fédération de cancérologie et d’hématologie participera au réseau de cancérologie et aux politiques publiques de dépistage systématique des cancers (sein, colon) et de prévention.

Un registre des cancers et une tumurothèque seront constitués.
L’activité de la Fédération sera évaluée chaque année au travers d’un suivi des consommations pharmaceutiques par type de cancer traité. Les protocoles de soins seront évalués.

Date de mise en service de l’unité d’hospitalisation complète : fin 2004.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.