Porte-ouverte au centre pluridisciplinaire d’oncologie de la femme

Le 22 octobre dernier le Centre pluridisciplinaire d’oncologie de la femme du CHU de Grenoble a organisé une soirée porte-ouverte destinée aux personnels du CHU et aux professionnels médicaux libéraux. L’occasion de faire connaître et d’expliquer le fonctionnement de l’unité qui propose aux femmes atteintes de cancers gynécologiques et mammaires un parcours complet de soins, coordonné et fluide.

Le 22 octobre dernier le Centre pluridisciplinaire d’oncologie de la femme du CHU de Grenoble a organisé une soirée porte-ouverte destinée aux personnels du CHU et aux professionnels médicaux libéraux. L’occasion de faire connaître et d’expliquer le fonctionnement de l’unité qui propose aux femmes atteintes de cancers gynécologiques et mammaires un parcours complet de soins, coordonné et fluide.
Le Centre Pluridisciplinaire d’Oncologie de la Femme a été ouvert en avril 2012 dans l’Hôpital Couple Enfant. Unie autour de la patiente, son équipe pluridisciplinaire et transversale ville à organiser  au mieux son parcours de soins, dans le respects des objectifs fixés par le plan Cancer 2009-2013.
Les consultations sont assurées par des médecins spécialisés en cancérologie : chirurgiens, radiothérapeutes, oncologues, psychiatres, plasticiens. Chaque patiente atteinte de cancers gynécologiques et mammaires bénéficie également d’un temps d’accompagnement soignant et de soutien d’une équipe pluridisciplinaire : infirmière, aide-soignante, kinésithérapeute, diététicienne, psychologue. Durant les soins, l’accent est mis sur la prise en charge globale de la personne. Toutes les expertises sont sollicitées dans une approche transversale avec recours aux équipes des services de Préservation fertilité, de radiologie,  d’anatomopathologie, d’oncogénétique, de médecine nucléaire et  de chirurgie reconstructrice.
Reconnus comme un complément essentiel, les soins de support aident les patients à mieux appréhender la maladie, à la combattre et à en accepter les retentissements.
Les entretiens psychologiques, les groupes de paroles, les consultations au centre de la douleur, les soins esthétiques et de coiffure complètent les prises en charge. Enfin, pour adoucir le quotidien des patientes, les associations proposent des ateliers de réflexothérapie, des ateliers d’art-thérapie et des séances de gymnastique volontaire plébiscités par les femmes.
L’attention ainsi portée au bien-être des personnes contribue à l’instauration d’un climat de confiance. Un numéro de téléphone et un site uniques ont été mis en place. La coordination des différents rendez-vous, examens et soins est assurée par un secrétariat dédié et deux infirmières collaborent directement avec les équipes médicales. Les patientes et leur famille peuvent, à tout moment, recevoir une écoute, un soutien ou une information auprès des infirmières.
La bonne coordination entre tous ces intervenants optimise la stratégie thérapeutique des patientes et améliore le vécu de la maladie. Le rayonnement croissant de cette unité (+ 63 % de consultations en un an) positionne le CHU comme un acteur majeur de la prise en charge des cancers de la femme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.

Dossier : l’arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire qui touche dix millions d’individus en France. Si 65% d’entre eux ont plus de soixante-cinq ans, il n’en reste pas moins qu’une diversité de causes implique également le développement de la maladie chez les plus jeunes.

Jérôme Pourrat : « L’aumônier est un facteur de paix dans l’hôpital. »

Sensibiliser le personnel soignant et informer les patients sur leur droit au culte à l’hôpital public, et ce quelle que soit leur religion. C’est le quotidien de Jérôme Pourrat, aumônier depuis quatre ans au CHU de Saint-Étienne. Dans le cadre de notre série vidéo Les Chuchoteurs !, l’ex photographe a accepté de revenir sur son parcours et sur ses missions.