Pose de la 1ère pierre de l’Institut de Biologie et Pathologie

Le 18 février 2008 à 11 heures a eu lieu la cérémonie de pose de la première pierre de l'Institut de Biologie et Pathologie du CHU de Grenoble. Un bâtiment de 27 500 m2 devrait voir le jour d'ici la fin 2009 sur le site Nord du CHU.

Le 18 février 2008 à 11 heures a eu lieu la cérémonie de pose de la première pierre de l’Institut de Biologie et Pathologie du CHU de Grenoble. Un bâtiment de 27 500 m2 devrait voir le jour d’ici la fin 2009 sur le site Nord du CHU.

Axe stratégique du Projet d’Etablissement, l’Institut de Biologie et Pathologie constituera une structure moderne et innovante pour le diagnostic médical, l’innovation technique et la formation.

Cet institut regroupera outre les activités d’anatomie et cytologie pathologiques (actuellement le département d’anatomie et cytologie pathologiques), les activités de nombreuses spécialités biologiques : bactériologie, virologie, parasitologie-mycologie (actuellement le département des agents infectieux), hématologie, immunologie, pharmacologie-toxicologie, enzymologie, (actuellement département de biologie et pathologie de la cellule), biochimies nutritionnelle, hormonale, cancérologie biologique, toxicologie professionnelle (actuellement le département de biologie intégrée).

L’Institut de Biologie et Pathologie constituera un centre performant de réalisation des analyses nécessaires au diagnostic des diverses pathologies mais aussi un centre d’évaluation des nouvelles technologies, de transfert entre équipes de recherche et équipes médicales et un centre de formation.

Une structure avec des objectifs complémentaires
Pour les patients : une plus grande lisibilité des structures d’accueil, la réduction des prélèvements, un accueil unique pour les patients externes, une harmonisation du rendu des résultats.
Pour les services cliniques : la centralisation de l’arrivée des prélèvements, un meilleur délai de réponse.
Pour les biologistes : des plateaux techniques performants pour la biologie classique comme pour la recherche et le développement ; une meilleure gestion du personnel, des consommables, de la qualité ; la mise en commun de compétences pour l’animation scientifique, l’enseignement et la formation, le partage de la documentation scientifique et des banques de matériels biologiques.

Cette opération va permettre en outre de poursuivre une rénovation en profondeur de l’hôpital Michallon grâce aux surfaces libérées : rationalisation des lieux de consultations, restructuration et modernisation des ailes d’hospitalisation, évolution du confort hôtelier avec une augmentation du nombre de chambres individuelles, afin de répondre aux attentes des patients.

Pour plus d’informations, dossier de presse disponible sur www.chu-grenoble.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.