Pose de la 1ère pierre du nouveau plateau technique

1ère étape du programme de reconstruction de l’hôpital Pierre Zobda Quitman, l'édification d'un nouveau plateau technique a officiellement débuté vendredi 22 novembre 2013 avec la pose de la 1ère pierre. Ce chantier reconnu prioritaire a été décidé suite au diagnostic parasismique et aux conclusions de la commission de sécurité incendie qui imposent une mise aux normes des bâtiments - le drame haïtien de 2010 ayant servi de catalyseur au projet. Plus grand, plus fonctionnel, le nouveau bâtiment s'étendra sur près de 30 000m² pour un investissement de 169 millions d'euros. La livraison est prévue en mars 2016. Descriptif d’un projet d’envergure...

1ère étape du programme de reconstruction de l’hôpital Pierre Zobda Quitman, l’édification d’un nouveau plateau technique a officiellement débuté vendredi 22 novembre 2013 avec la pose de la 1ère pierre. Ce chantier reconnu prioritaire a été décidé suite au diagnostic parasismique et aux conclusions de la  commission de sécurité incendie qui imposent une mise aux normes des bâtiments – le drame haïtien de 2010 ayant servi de catalyseur au projet. Plus grand, plus fonctionnel, le nouveau bâtiment s’étendra sur près de 30 000m² -contre les 15 000 actuels- pour un investissement de 169 millions d’euros. La livraison est prévue en mars 2016. Descriptif d’un projet d’envergure…
Le plateau technique de l’hôpital Pierre Zobda Quitman : un tripode orange d’une superficie exacte de 28 788 m² signé par SCAU ARCHITECTES. Ses particularités : une réponse aux contraintes antisismiques  extrêmes avec des appuis parasismiques et une autonomie d’une semaine. Le bâtiment repose sur 283 isolateurs et 36 amortisseurs qui l’isolent des vibrations du sol et dispose d’une autonomie de fonctionnement de 7 jours (énergie, eau potable…). La structure ne compte aucun voile de contreventement ni joint de dilatation.
Relié aux autres bâtiments par de nombreuses liaisons fonctionnelles, le centre névralgique du CHU abritera 13 salles de bloc opératoire et d’interventionnel, 68 lits de soins critiques et des services d’Imagerie médicale, d’urgence, de stérilisation ainsi que les laboratoires, les  services d’explorations fonctionnelles…

Sont également prévues 3 unités d’hospitalisation de 28 lits et une de 14 lits de cardiologie et chirurgie cardio-vasculaire, de cardiologie et hémodynamique, de neurologie et neurochirurgie et de chirurgie d’urgence. En terrasse une hélistation et 140 places de parking autour du site.

Libérer l’emprise du site
La nouvelle construction se situant à l’emplacement de l’ancienne hélistation et du bâtiment qui abritait la morgue et le laboratoire d’anatomopathologie, il a fallu conduire 5 sous projets préalables afin de libérer l’emprise du bâtiment à savoir la construction d’un parking, d’une chambre mortuaire, d’une hélistation, un laboratoire d’anatomopathologie  et de neuromyologie (CERCA) et transférer différents stockages de la pharmacie.
Financement du nouveau Plateau Technique
Le budget prévisionnel autorisé est de 169 M€, pour l’intégralité de l’opération  à savoir les travaux préalables de libération de l’emprise (environ 7 M€) et la reconstruction du plateau technique à fin d’opération (environ 162M€)
Plusieurs partenaires assistent le CHU de Martinique dans cette opération d’envergure
La Région : subvention de 16,9 M€ déjà versée quasiment dans son intégralité.(15,9M€)
L’Etat : 93 M€ dont la répartition serait à ce jour : une part en subvention : aide en capital de 81,6M€ et une part en Emprunt aidé de 11,4M€. L’Europe : 34,6 M€ pour lesquels un accord de principe a été donné  ; plusieurs conventions de financement avec le FEDER ont été signées et sont en cours d’exécution, dans l’attente du dossier Grand Projet Européen.
 La participation du CHU : 24,5 M€  dont  un Prêt AFD de 12,2 M€ signé le 31 octobre 2013 et un prêt à contracter d’un montant de 12,3M€
Chiffres clés d’un chantier d’ampleur
–           38 mois de chantier et jusqu’à 250 ouvriers sur le chantier.
–           plus de 50 entreprises impliquées dans l’opération
–           80 000m3 de terrassement
–           32 000m3 de béton
–           40 000m2 de cloison
–           3 200 tonnes d’acier
–           21km de gaines
–           470km de câbles électriques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.