Pose de la 1ère pierre du pôle régional de cancérologie

Au cours d'une cérémonie officielle, le professeur Dominique Maraninchi, président de l'Institut national du cancer a posé la première pierre du futur pôle régional de cancérologie, en présence de Jacques Santrot, président du conseil d'administration du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, de Jean-Pierre Dewitte, directeur général, et du Professeur Joseph Allal, président de la commission médicale d'établissement, le mercredi 12 septembre 2007. 200 personnes ont assisté à cette cérémonie : professionnels de santé, tutelles, associations d'usagers et partenaires de l'établissement...

Au cours d’une cérémonie officielle, le professeur Dominique Maraninchi, président de l’Institut national du cancer a posé la première pierre du futur pôle régional de cancérologie, en présence de Jacques Santrot, président du conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, de Jean-Pierre Dewitte, directeur général, et du Professeur Joseph Allal, président de la commission médicale d’établissement, le mercredi 12 septembre 2007. 200 personnes ont assisté à cette cérémonie : professionnels de santé, tutelles, associations d’usagers et partenaires de l’établissement…

Centre d’expertise et de recours en Poitou-Charentes pour la chirurgie du cancer, la radiologie interventionnelle, l’oncologie médicale, la radiothérapie et les traitements combinés, le pôle régional regroupera en un même lieu toutes les activités de soins, d’enseignement et de recherche en cancérologie. Le pôle vise l’excellence et pour l’atteindre il mise sur la pluridisciplinarité et le rapprochement des différents médecins et chirurgiens spécialistes. Une organisation originale qui, selon le Pr Maraninchi, « pourrait servir de modèle aux autres structures ».

Ainsi, le patient trouvera à sa disposition une offre de soins complète : des consultations à la réalisation des traitements, des secteurs d’hospitalisation traditionnels et de jour. La structure sera également ouverte aux spécialistes d’organes pour des consultations et avis médicaux pluridisciplinaires.

Le pôle de cancérologie en chiffres
Surface totale des locaux : 13 000 m2 répartis sur quatre niveaux
Capacité : 135 lits et places.
Le plateau technique de radiothérapie et curiethérapie doté de quatre salles de traitement et d’un scanographe dosimétrique, occupera 2 000 m² au rez-de-chaussée.

L’activité par niveau
Le hall d’accueil permettra l’accès au plateau de consultations, à l’hôpital de jour d’oncologie (45 places) et à des salles techniques.

Les niveaux supérieurs d’hospitalisation accueilleront l’oncologie médicale (30 lits) et l’oncologie radiothérapique (9 lits), l’hospitalisation de semaine (26 lits) et l’oncologie hématologique (24 lits dont 8 dédiés aux greffes de moelle osseuse).

Enfin, relié par passerelles à Jean-Bernard, le pôle régional de cancérologie sera en liaison avec le plateau d’imagerie, le bloc opératoire et la réanimation.

Le CHU de Poitiers : référent en Poitou-Charentes pour la cancérologie
En 2006, 6 600 patients atteints d’une pathologie cancéreuse dont 3 700 nouveaux patients ont fait confiance au CHU de Poitiers.
Pour l’établissement, la cancérologie représente plus de 54 000 séjours en hospitalisation dont 46 000 en ambulatoire pour un traitement chimiothérapique ou radiothérapique.

Le CHU de Poitiers prend en charge tous les cancers, les plus nombreux étant ceux de l’appareil digestif, du sein, des organes génitaux masculins (prostate), du sang et du système lymphatique, et de l’appareil respiratoire (poumon).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.