Pose de la première pierre d’un CHU d’avant-garde

Le 17 février 2007, la première pierre du Nouveau CHU Amiens-Picardie a été posée par Gilles De Robien, Ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur, et de la Recherche et de Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et des Solidarités.

Le 17 février 2007, la première pierre du Nouveau CHU Amiens-Picardie a été posée par Gilles De Robien, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, et de la Recherche et de Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et des Solidarités.

Une déclaration d’ouverture pour le plus grand chantier hospitalier français : 4 sites regroupés en un sur 172 000 m2 de surface SDO, 1 238 lits et places 75% de chambres individuelles, répartis sur 3 plots architecturaux, 30 salles d’opération, un coût global de 520 millions d’euros, 5 870 personnels concernés…

Suite à une fin de chantier programmée en 2012, l’ouverture du Nouveau CHU Amiens-Picardie est prévue pour 2013. 12 ans se seront écoulés depuis les études de faisabilité en 2001. A mi-parcours entre ces deux dates, la pose de la première pierre marque la fin de l’élaboration des documents techniques (APS et APD, permis de construire…) et le début du chantier.

Un CHU de recours et de référence au service de son territoire de santé régional
Ces 5 dernières années, à travers son projet d’établissement, le CHU a axé son développement autour de l’accroissement de sa dimension nationale et interrégionale, en jouant pleinement son rôle dans la communauté des CHU et en suscitant une coopération unique en France : le G4, Groupement de Coopération Sanitaire rassemblant les 4 CHU du Grand Nord Ouest : Amiens, Caen, Lille et Rouen, autour des problématiques de recherche, de formation médicale et d’organisation de l’offre de soins.
En développant ses capacités d’expertise autour d’un plateau technique de dernière génération, en fédérant les énergies régionales par le biais de réseaux et de coopérations avec les acteurs de santé, il s’est donné les moyens d’assumer sa dimension régionale.
Parallèlement, le CHU d’Amiens Picardie a renforcé sa dimension hospitalo-universitaire afin de contribuer à la formation et à la fidélisation des professionnels dans la région, en promouvant une politique de labellisation de ses unités de recherche.
Le CHU d’Amiens Picardie demeure toutefois l’établissement de proximité de l’agglomération Amiénoise et a su améliorer l’accessibilité aux soins des patients de son immédiat environnement ainsi que les complémentarités avec les autres opérateurs de soins.

Les atouts du CHU
Le CHU a anticipé la nouvelle gouvernance en réorganisant ses services autour de 12 pôles cliniques et médico-techniques et de 5 pôles de gestion. Il a fait de la politique qualité et de gestion des risques une priorité d’établissement saluée en 2005 par une accréditation exemplaire.
Le CHU d’Amiens se présente également comme un leader national dans le domaine des Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications (mise en oeuvre sur 1 600 lits d’un dossier patient informatisé unique, site pilote du DMP), organisation de nouvelles modalités de prise en charge en réponse au besoin des patients (polyclinique médicale, chirurgie ambulatoire…)

Le Nouveau CHU Amiens-Picardie : pourquoi ?
La structure actuelle du CHU d’Amiens rend complexe le déploiement optimum de ces nouvelles modalités d’organisation : 4 sites dispersés sur l’ensemble de l’agglomération, dont un site pavillonnaire, démultiplication voire doublonnement des éléments de plateaux techniques (2 plateaux techniques de laboratoires, 4 sites opératoires et de radiologie…), conception architecturale ancienne, dispersion des énergies, lisibilité difficile pour les patients, organisation logistique complexe…
L’heure est donc venue de regrouper les 4 sites de Médecine, Chirurgie et Obstétrique du CHU :
– l’Hôpital Nord : 540 lits, 39 places
– Le Centre de Gynécologie Obstétrique : 96 lits, 5 places
– Le Centre Saint Victor : 387 lits, 4 places
– Le Groupe Hospitalier Sud : 561 lits, 32 places, 28 postes de dialyse.
Ces quatre éléments constitutifs du CHU d’Amiens seront réunis sur le site de l’actuel groupe Hospitalier Sud, à l’exception des unités de long séjour pour personnes âgées qui demeureront au Centre Saint Victor, en centre ville.

Caractéristiques du futur CHU

Aspects extérieurs
Par son implantation dans un secteur de l’agglomération amiénoise en plein développement, le nouveau CHU Amiens-Picardie favorise l’identification de l’entrée de la future cité. Depuis le rond-point nord, il met en scène un parvis minéral et végétal, offre un souffle monumental à tout le secteur et installe une évidente accessibilité – notamment par l’installation d’un transport en commun en site propre au coeur du dispositif. Accessible de façon directe depuis les autoroutes A16 et A29, le CHU d’Amiens est en plein coeur des liaisons routières régionales. Les automobilistes auront à leur disposition près de 3 100 places de parking dont 800 places en souterrain et 600 en silo aérien.

  

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)
Photos : représentation de l’épine dorsale et parvis du futur CHU
Accroché au relief, le futur CHU en épousera le dénivelé. La plus grande longueur de bâtiment sera intégrée dans la pente pour ne dévoiler que des perspectives modérées. Ce choix architectural garantit une lumière naturelle omniprésente. Le parvis, protégé par un large auvent, permet une identification immédiate du hall, seul geste monumental de l’architecture.

A l’intérieur
Développé sur plusieurs niveaux, le hall prolonge son espace vers les trois accueils polaires rapprochés. De ce point névralgique, les cheminements verticaux et horizontaux des patients et visiteurs s’identifient et se parcourent rapidement sans ambiguïté. Les trois plots majeurs d’hébergement sont rassemblés autour d’un hall d’accueil général, tout en étant proches du pôle fédérateur du plateau médico-technique.
Au rez-de-chaussée, un plateau médico-technique ambulatoire circonscrit par le pôle des urgences fonctionne comme une des portes essentielles de la cité hospitalière. Le premier étage, doté des blocs opératoires, développe en son pourtour les soins critiques et libère l’accès détresse vitale, « axe rouge » reliant l’hélistation des urgences, les blocs opératoires et les réanimations. Le secteur imagerie se trouve en liaison verticale.

La performance technologique alliée à la sécurité technique
Pour y répondre, le Nouveau CHU Amiens-Picardie s’organise autour d’un plateau technique fédérateur, véritable colonne vertébrale de l’hôpital.
Circulations fluides, architecture intérieure qui renforce la fonctionnalité, systèmes d’information modernes, tout a été pensé pour optimiser l’efficience et la sécurité.
Aux urgences et dans le secteur d’imagerie médicale, des flux distincts selon les niveaux de gravité et les types de prise en charge vont améliorer la fluidité et éviter les phénomènes d’engorgement

Le regroupement des 30 salles de blocs opératoires sur les 1er et 2nd étages permet une mutualisation des énergies et des compétences, rassemblement indispensable dans un contexte de démographie médicale défavorable. Une attention particulière est aussi portée aux flux de matériels afin d’en faciliter la circulation, dans le respect des conditions d’hygiène et de désinfection.
En continuité directe avec les blocs opératoires, le secteur d’endoscopies comprend une centrale de désinfection des endoscopes, garantissant le respect des normes d’hygiène et la disponibilité permanente de matériel pour prendre en charge les urgences et la traçabilité des équipements. De même les secteurs de réanimation et de soins intensifs sont pensés pour offrir une sécurité de soins optimale aux patients regroupés en modules de 15 lits. Un Centre de Biologie Humaine, rassemblant l’ensemble des laboratoires actuels du CHU de l’Hôpital Nord, du Centre de Gynécologie et d’Obstétrique, de l’Hôpital Sud et des Facultés, constituera une plate-forme diagnostique et de recherche de haut niveau. Ce dernier sera doté d’un laboratoire à isolement renforcé (P3) pour les manipulations de germes spécifiques commun à l’ensemble des laboratoires.

La recherche d’un confort optimal
Les unités d’hébergement sont réparties sur 3 plots de 400 lits environ. Chaque unité de soins dispose d’une capacité d’environ 28 lits et fonctionne par regroupement de 4 unités, de façon à former des plateaux d’environ 100 à 120 lits. Une attention toute particulière a été portée à la proportion des chambres particulières à 1 lit (75 % dans les bâtiments neufs), afin de répondre aux besoins de confidentialité et de tranquillité des patients. Sur chaque plateau seront exercées des fonctions tant d’accueil, que de soins ou de logistique afin d’apporter l’offre de services au plus près des patients. Spatialement, les unités ont été conçues afin de donner une position centrale au poste de soins, permettant une facilité d’accès et une surveillance constante des patients.

Un équipement au service du bien-être du patient
Dans les chambres, chaque patient disposera de tout le confort nécessaire : lits ergonomiques, réfrigérateur, cabinet de toilette individualisé avec douche personnelle.
Un terminal multimédia sera installé dans chaque chambre et pour chaque lit, sous la forme d’un écran tactile. Véritable outil de discussion, de communication et d’informations innovant, ce dispositif sécurisé offrira au patient une grande variété de services : télévision, téléphone, radio, films à la demande, Internet, envoi et réception de courriels, documents d’information du CHU, présentation multimédia du service, vidéoconférence, jeux… Ces services, accessibles, en plusieurs langues, permettront aux patients de demeurer en contact avec le monde extérieur et de bénéficier de loisirs similaires à ceux qu’ils trouvent à leur domicile.

Le must du dossier patient informatisé : une information complète, exhaustive et constamment à jour des professionnels de santé
Sur la base du travail déjà réalisé au CHU d’Amiens depuis 2002, le dossier patient informatisé sera encore amélioré dans ses trois composantes : gestion de l’unité de soins ( prescription nominative, planning, plan de soins, saisie médico-économique des actes, bureautique), dossier patient multimédia (mise à disposition tant en interne qu’à l’externe, sous conditions sécurisées, des résultats produits par le plateau technique -imagerie, anatomopathologie, biologie…-, et les explorations fonctionnelles -endoscopies, échographies… – ) et externalisation (partage de données patients, dans le cadre du Dossier Médical Patient national et sous réserve de son accord, à partir d’une plate forme d’échanges sécurisée.)
Ainsi, les informations seront disponibles en tout point de la prise en charge du patient, grâce à des équipements informatiques mobiles dans les services : les « droïdes », déjà présents actuellement au CHU, et à l’écran tactile présent dans chaque chambre. Elles seront actualisées au plus près du patient, par le professionnel concerné, dans une logique de sécurisation des données

Pour en savoir plus le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.