Pose de prothèse totale de hanche en ambulatoire à Nîmes

Le virage ambulatoire amorcé en chirurgie orthopédique se poursuit avec une première pose de prothèse totale de hanche par le service de chirurgie orthopédique et traumatologique du CHU de Nîmes. Cet acte chirurgical complexe peut désormais être réalisé en hospitalisation de jour grâce aux techniques opératoires mini-invasives, aux avancées en matière de gestion de la douleur périopératoire et à l'organisation minutieuse des prestataires de soins à domicile.
Le virage ambulatoire amorcé en chirurgie orthopédique se poursuit avec une première pose de prothèse totale de hanche par le service de chirurgie orthopédique et traumatologique du CHU de Nîmes. Cet acte chirurgical complexe peut désormais être réalisé en hospitalisation de jour grâce aux techniques opératoires mini-invasives, aux avancées en matière de gestion de la douleur périopératoire et à l’organisation minutieuse des prestataires de soins à domicile. 
La première pose de prothèse de hanche en ambulatoire au CHU de Nîmes a été effectuée le 20 février 2018 par le Pr Pascal Kouyoumdjian, chef du service de Chirurgie orthopédique et traumatologique. Le patient âgé de 74 ans présentait une arthrose de la hanche invalidante. Arrivé à 7h dans l’unité de chirurgie ambulatoire (UCA), il a été transféré au bloc opératoire où il a été opéré en début de matinée. Après un passage en salle de réveil, puis un transfert dans le service d’Imagerie médicale pour son contrôle radiographique, il a pu regagner l’UCA à 12h. Le premier lever a eu lieu en début d’après-midi avec une déambulation déjà acquise, avec l’appui de deux cannes et possible sans canne. Le patient a regagné son domicile à 17h. 
Une surveillance rapprochée et codifiée
Le patient a poursuivi ses soins et son programme d’autonomisation sous contrôle DE l’équipe d’infirmières et du kinésithérapeute de ville à son domicile.
Cette prise en charge parfaitement définie dans le cadre du chemin clinique du patient a été mise en place via une coordination entre les services hospitaliers (Chirurgie, Unité ambulatoire et Anesthésie) et via les réseaux ville-hôpital. 
Un réseau médicalisé entre le CHU et la ville notamment via le dispositif PRADO, développé par l’Assurance-maladie, garantit la sécurité du patient à son domicile où  il bénéficie de soins infirmiers et de kinésithérapie durant les premiers jours qui suivent l’intervention.
Le virage ambulatoire constitue l’une des priorités pour la chirurgie au CHU de Nîmes. En orthopédie, de nombreuses interventions sont pratiquées dans ce cadre, notamment qu’il s’agisse des articulations du membre supérieur (épaule, coude, poignet et main) ou du membre inférieur (hanche, genou, cheville et pied). La volonté de l’établissement de développer la chirurgie ambulatoire pour la pose de prothèses articulaires, comme cela est déjà le cas pour l’épaule, se poursuit pour les articulations du membre inférieur. 

Ces interventions sont complétées par des programmes d’éducation thérapeutique du patient (ETP), organisés via une consultation préopératoire infirmière. Les hospitaliers et les professionnels de santé de ville (médecins, infirmiers et kinésithérapeutes) ont travaillé ensemble à la conception de cet enseignement. 
Les patients éligibles à la chirurgie ambulatoire doivent satisfaire des conditions précises portant sur leur état de santé général, leurs comorbidités, la présence d’un accompagnant au domicile et la proximité de leur lieu d’habitation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.