Pose d’un implant crânien sur mesure : une première en France

Le service de chirurgie maxillo-faciale et plastique du Professeur Boutault, Hôpital Purpan, a réalisé en juillet dernier la première pose en France d'un implant PSI (patient specific implant) en PEEK conçu sur mesure. Le patient, opéré avec succès dans le service de Neurochirurgie de l'hopital PURPAN avec le Dr Boetto, présentait un large défect osseux sur une grande partie du crâne.

Le service de chirurgie maxillo-faciale et plastique du Professeur Boutault, Hôpital Purpan, a réalisé en juillet dernier la première pose en France d’un implant PSI (patient specific implant) en PEEK conçu sur mesure. Le patient, opéré avec succès dans le service de Neurochirurgie de l’hopital PURPAN avec le Dr Boetto, présentait un large défect osseux sur une grande partie du crâne.

A la suite d’un accident sur la voie publique, un jeune garçon avait perdu plus de 20 cm de la substance osseuse protégeant l’hémicrâne gauche. Un tel défect osseux empêche tout recours aux techniques traditionnelles de cranioplastie. L’équipe a donc opté pour la seule solution de qualité : la réalisation d’un implant sur mesure en polymère (PEEK). Ce matériau est reconnu pour sa biocompatibilité, sa résistance à la corrosion et son absence d’effet artificiel à l’imagerie. Des plaques d’ostéosynthèse fixent solidement l’implant à la boite crânienne.

« A trois mois, le jeune patient est satisfait du résultat, il a pu reprendre sa scolarité. De son côté, l’équipe se réjouit d’avoir pu signer cette première française. Cependant, elle s’est heurtée à une difficulté : la rétraction résiduelle du muscle temporal qu’elle a eu du mal à étaler sur la prothèse du fait de la fibrose liée au traumatisme initial» commente le Dr Jalbert, un des auteurs de l’intervention.

La commande et la réalisation de cette prothèse ont pris un mois et demi. Son financement a été couvert par l’assureur de la personne responsable de l’accident.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.