Pour la FHF, tous les professionnels de la FPH doivent bénéficier des revalorisations salariales

Alors que les premières revalorisations salariales obtenues dans le cadre du Ségur de la santé vont apparaître sur les fiches de paie d’octobre pour les professionnels exerçant au sein des hôpitaux et des EHPAD publics, la Fédération hospitalière de France (FHF) renouvelle son appel auprès des pouvoirs publics afin que la hausse des rémunérations soit étendue aux 40 000 agents publics, fonctionnaires et contractuels exerçant en SSIAD et auprès des personnes en situation de handicap.

Alors que les premières revalorisations salariales obtenues dans le cadre du Ségur de la santé vont apparaître sur les fiches de paie d’octobre pour les professionnels exerçant au sein des hôpitaux et des EHPAD publics, la Fédération hospitalière de France (FHF) renouvelle son appel auprès des pouvoirs publics afin que la hausse des rémunérations soit étendue aux 40 000 agents publics, fonctionnaires et contractuels exerçant en SSIAD et auprès des personnes en situation de handicap.
"Les accords conclus à l’issue des négociations du Ségur constituent une avancée majeure pour l’ensemble des professionnels de la fonction publique hospitalière", reconnait la FHF. Et pourtant le compte n’y est pas car la mesure des accords de Ségur revalorisant de 183 euros le salaire mensuel des professionnels exerçant au sein des EHPAD et des établissements de santé, dont le décret du 19 septembre précise l’application, n’intègre pas les agents des SSIAD, ni ceux du secteur du handicap "méconnaissant ainsi le fonctionnement des établissements".

Incompréhension

En effet, comme l’explique la Fédération, de nombreux établissements publics, hôpitaux ou EHPAD, emploient à la fois des professionnels éligibles à cette revalorisation, mais comptent aussi en leur sein des SSIAD et des structures handicap dont les professionnels ne bénéficieraient pas de cette revalorisation. "Cette différence de traitement génère un sentiment d’iniquité et se révèle déjà source de tensions. Les établissements se trouvent donc dans une position délicate de devoir justifier ce traitement différencié alors que les professionnels du domicile et du handicap n’ont pas ménagé leurs efforts ces derniers mois tant dans les structures rattachées que dans les SSIAD ou dans les établissements handicap publics autonomes".
Les conséquences commencent ainsi à se faire ressentir : incompréhension et démotivation des équipes, voire renoncement à exercer dans ces secteurs alors que le déficit d’attractivité est particulièrement sensible dans le champ médico-social. « Cette situation n’est pas tenable ! Il serait regrettable qu’une mesure aussi bénéfique pour la quasi totalité des professionnels de la fonction publique hospitalière se révèle source de tensions et de dissension en fonction du lieu et du mode d’exercice. » indique Frédéric Valletoux, Président de la Fédération hospitalière de France.
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.