Pour les phlébites comme pour les embolies pulmonaires, l’hiver est une saison à risque

En matière de pathologie thrombo-embolique veineuse, la saisonnalité agit à la fois sur la cause (la phlébite) et sur la conséquence (l'embolie pulmonaire). On savait déjà, en salle d?autopsie, que les embolies pulmonaires étaient nettement plus nombreuses en hiver qu'en été. Il apparaît aujourd'hui que les thrombo-embolies veineuses (phlébites profondes et embolies pulmonaires) sont soumises tout autant aux effets néfastes de la mauvaise saison.

Ce constat est le résultat d’une étude effectuée par le Dr Berthier et le Dr Fabrice Boulay, Maître de conférences en santé publique et chef de service du Département d’Information Médicale au CHU de Nice.

 » Notre travail , explique-t-il, a consisté à puiser dans la base nationale de données hospitalières PMSI, les résumés des séjours pour pathologies thrombo-emboliques veineuses. »

L’étude porte sur quatre années, de 1995 à 1999, soit plus de 65.000 cas d’hospitalisation pour phlébite profonde et plus de 62.000 pour embolie pulmonaire.

En comparant les deux versants de la pathologie, on retrouve des courbes identiques, quelle que soit la situation géographique, avec un risque accru de plus ou moins 25 % selon la saison. En hiver, on enregistre des pics d?hospitalisation alors que le danger s’estompe en été. « 

L’étude du CHU de Nice est une pierre supplémentaire qui s’ajoute à la connaissance des liens entre l?environnement et les pathologies cardiovasculaires.

C’est la sixième publication sur ce thème depuis trois ans. Elle prouve par le recours à de larges bases de données les effets parallèles de la saisonnalité sur les phlébites comme sur les embolies pulmonaires.

Reste à savoir si le risque accru d?hospitalisation est lié aux effets de température plus rudes, aux variations de durée du jour ou aux rythmes biologiques propres à l?organisme.

L?hôpital doit s?attendre à recevoir plus de malades souffrant de telles pathologies. Les cardiologues, les pneumologues et les médecins traitants peuvent aussi se référer aux conclusions de l?étude. Des essais doivent être menés pour évaluer l?efficacité de mesures préventives guidées par les saisons?

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.