« Pour un système de santé moderne et efficace » Frédéric Boiron réélu à la tête de l’ADH

Frédéric Boiron, président sortant de l’Association nationale des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH), a été réélu à l’unanimité des suffrages exprimés pour un mandat de quatre ans, vendredi 6 mars 2015. Lors de sa première déclaration, il a réaffirmé les principes républicains et démocratiques qui animent la profession ainsi que son attachement à la compétence, à l’engagement personnel, à l’action partenariale et collective, "tout en ayant conscience des enjeux de notre époque".

Frédéric Boiron, président sortant de l’Association nationale des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH), a été réélu à l’unanimité des suffrages exprimés pour un mandat de quatre ans, vendredi 6 mars 2015. Lors de sa première déclaration, il a réaffirmé les principes républicains et démocratiques qui animent la profession ainsi que son attachement à la compétence, à l’engagement personnel, à l’action partenariale et collective, "tout en ayant conscience des enjeux de notre époque".

« Nous poursuivrons également une politique de solidarité entre collègues, de promotion de l’égalité des chances et de l’éthique professionnelle. Nous maintiendrons nos liens avec nos partenaires, Fédération, Pouvoirs publics, Conférences, associations, École de la santé ». Il a réitéré sa volonté de concertation avec les médecins et personnels de santé rappelant la particularité des métiers hospitaliers : leur interdépendance et leur exercie dans "un univers régi par le collectif. Cela suppose un engagement partagé, une proximité, un travail en équipe, une réelle capacité d’écoute. Les directeurs ne sont pas des autocrates".
Frédéric Boiron compte au sein de l’ADH sur « une équipe impliquée, représentative de la profession dans ses diversités, et résolument engagée sur ses valeurs humanistes et professionnelles. Nous agissons en faveur de nos collègues et des autres hospitaliers, pour un système de santé moderne et efficace ».
En savoir plus sur
Frédéric Boiron
Après des études de  Sciences Po Bordeaux et de l’EHSP, Frédéric Boiron a successivement été directeur adjoint de l’Hôpital Laennec (1991-1995), secrétaire général de l’Hôpital Européen Georges Pompidou (1995-2001), adjoint au directeur puis directeur de l’Agence générale des équipements et produits de santé de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP / 2001-2003). Il a ensuite pris la direction du Centre Hospitalier (CH) de Provins (Seine et Marne 2003-2007) tout en assurant l’intérim du CH de Coulommiers en 2005 (Seine et Marne). Devenu directeur du CH de Beauvais (2007-2011), il a effectué parallèlement l’intérim du CH de Saint-Quentin dans l’Aisne en 2010 et celle des CH de Creil et Senlis (Oise 2010-2011) en vue de la création d’une direction commune. En août 2011, il prenait la direction générale du CHU de Saint-Etienne.
La procédure de vote de l’ADH
Frédéric Boiron a été choisi parmi les 14 délégués nationaux désignés par les adhérents lors du scrutin national, dont le dépouillement a eu lieu le 11 février 2015. Le vote du conseil  d’admnistration composé des délégués nationaux, délégués régionaux, délégués des élèves directeurs d’hôpital s’est déroulé à bulletin secret  lors de la séance du 6 mars 2015. Frédéric Boiron a été déclaré président de l’ADH pour un mandat de 4 ans. Le Bureau national sera élu sur proposition du président lors d’une prochaine séance fixée au 20 mai 2015.
L’ADH – http://www.adh-asso.org/
Fondée en 1961, l’Association s’est fixée pour objectifs de renforcer les liens de camaraderie et de solidarité interprofessionnels, de défendre et promouvoir les intérêts de la fonction de direction tout en garantissant une neutralité politique, religieuse, culturelle et syndicale. Au fil des ans l’Association a structuré son activité autour de la formation et de l’animation d’un réseau, au niveau régional et national, tout en favorisant le développement d’échanges et de débats.
L’ADH détient une forte représentativité socio-professionnelle et géographique : Directeurs d’hôpital adhérents 34% sont chefs d’établissement (directeurs, directeurs généraux de CHU, directeurs d’ARH), 60% sont adjoints 6% en cours de formation (élèves directeurs d’hôpital EDH) – ce dernier chiffre est en progression constante 800 adhérents en 2004 ; 1.100 adhérents depuis 2005. A l’actif de cette association des enquêtes inédites
la procédure d’évaluation en 2007 ; la vision du métier en 2011 ; la « fusion des corps » en 2012 ; l’égalité femmes-hommes en 2013, la perception des membres des conseils de surveillance en 2014
Tous les ans, l’ADH organise des journées nationales au Parc Floral de Vincennes, les XXIIIes se tiendront 19 et 20 mars 2015 sur le thème « Manager dans l’espace » http://www.adh-asso.org/spip.php?article558

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.