Pour une meilleure santé bucco-dentaire de la femme enceinte et du tout-petit

24 février 2015 : le service d’Odontologie du CHRU de Nancy et la Faculté d’Odontologie de l’Université de Lorraine*, se mobilisent pour une journée de promotion et d’éducation à la santé bucco-dentaire chez la femme enceinte et le tout-petit : renseignements et ateliers pédagogiques pour le grand public et information des professionnels de santé. Et pour les jeunes enfants un espoir, que ce premier contact soit suffisamment rassurant pour éviter la fameuse "peur du dentiste !"

24 février 2015 : le service d’Odontologie du CHRU de Nancy et la Faculté d’Odontologie de l’Université de Lorraine*, se mobilisent pour une journée de promotion et d’éducation à la santé bucco-dentaire chez la femme enceinte et le tout-petit : renseignements et ateliers pédagogiques pour le grand public,  information des professionnels de santé. Et pour les jeunes enfants un espoir, que ce premier contact soit suffisamment rassurant pour éviter la fameuse "peur du dentiste !"
Double objectif à cette toute première édition : 
> sensibiliser les femmes enceintes à l’importance de la santé orale durant leur grossesse. En effet, les maladies de la gencive sont responsables d’accouchements prématurés, d’hypertension artérielle chez la mère et de retard de croissance pour le futur bébé. D’autant que les fluctuations hormonales peuvent avoir un impact négatif sur l’état de santé bucco-dentaire de la future mère.
Il est donc primordial d’assurer un suivi dentaire durant la grossesse, avec un recours possible et adapté aux médicaments, anesthésiques, antalgiques et aux examens de radiographie. Tout au long de l’année, le Secteur Accueil – Santé du service Odontologie du CHRU de Nancy propose des consultations spécialisées fondées sur l’information et des conseils hygiéno-diététiques adaptés à la femme enceinte.

> faire le point sur la santé bucco-dentaire du tout petit. Les bonnes habitudes se prennent tôt ! Favoriser une bonne santé bucco-dentaire commence dès le plus jeune âge : ce n’est pas parce que les dents « de lait » sont destinées à tomber, qu’il ne faut pas en prendre soin !
Les praticiens du service Odontologie du CHRU de Nancy recommandent vivement aux parents de prendre rendez-vous pour une consultation d’information dès l‘âge d’un an, avant que n’apparaissent d’éventuels problèmes, parfois lourds de conséquences pour le bon développement de l’enfant et sa santé.
Rappeler les bons gestes du brossage avec un dentifrice fluoré adapté, réalisé/complété par les parents jusqu’à 7 ans au moins, puis supervisé, établir des règles simples comme laisser les dents se reposer entre les repas (pas de grignotage, éviter les sodas sucrés ou non) ou encore limiter les habitudes de succion non nutritives (pouce, tétine), constituent les bases d’une bonne santé bucco-dentaire.
Trop de jeunes enfants arrivent encore en urgence avec des douleurs, des infections ou doivent subir des soins sous anesthésie générale dès l’âge de 2 ans pour de mauvaises habitudes notamment d’endormissement avec des biberons contenant autre chose que de l’eau.
Ce premier contact avec le chirurgien-dentiste est aussi un moyen d’apaiser les inquiétudes et de faire disparaître la fameuse « peur du dentiste ». Rassurer les enfants et les parents dont la peur remonte souvent à une mauvaise expérience vécue durant leur propre jeunesse. Avec les enfants phobiques qui ne se laissent pas approcher, l’équipe du CHRU prend le temps d’expliquer le déroulement du soin, avec l’aide de « Croqui », une peluche pédagogique qui permet de dédramatiser la situation et d’instaurer un climat de confiance.
En savoir plus sur le service Odontologie de Nancy  

Le service Odontologie de Nancy accueille les enfants jusqu’à 16 ans : soins préventifs, caries, anomalies génétiques comme les agénésies multiples (absence de plusieurs dents) ou le suivi en urgence de traumatismes – dents fêlées, fracturées, suite à une chute ou un accident, soins chirurgicaux.
Plus l’enfant est jeune, plus le soin doit être court. Différentes méthodes sont utilisées pour le distraire et le détendre ; le plus efficace chez les moins de 4 ans… les bulles de savon !
Pour aider l’enfant anxieux, l’équipe du CHRU de Nancy peut également proposer des soins sous sédation consciente par inhalation de MEOPA (mélange équimolaire oxygène-protoxyde d’azote), un gaz inhalé qui agit en 5 – 6 minutes et s’élimine rapidement. Un excellent moyen pour réconcilier l’enfant traumatisé avec les soins dentaires. Sans oublier le rôle fondamental des parents qui peuvent être très aidants en rassurant leur enfant, faisant en sorte que des soins parfois compliqués se passent bien.
Le CHRU de Nancy propose également un accueil spécifique pour les jeunes patients en situation de  handicap (moteur ou mental), souvent plus anxieux, pouvant donc avoir des réactions involontaires ou atteints de certaines pathologies comme l’épilepsie. Si les soins restent les mêmes, c’est la préparation de l’environnement et la mise en place qui s’adapteront à leurs spécificités.
*Une action menée avec le soutien du groupe Oral-B

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.