Greffe rénale à partir de donneur vivant : un nouvel élan

Les spécialistes de France et d’Europe francophone de la transplantation réunis les 12 et 13 juin 2015 à la Faculté de Médecine de Nancy, présentent les perspectives de la greffe rénale par donneur vivant et les pistes pour lever les obstacles persistants.

Les spécialistes de France et d’Europe francophone de la transplantation réunis les 12 et 13 juin 2015 à la Faculté de Médecine de Nancy, présentent les perspectives de la greffe rénale par donneur vivant et les pistes pour lever les obstacles persistants.
En lien avec l’Agence de Biomédecine, le CHRU de Nancy souhaite donner un nouvel élan à cette alternative efficace pour traiter les patients en insuffisance rénale chronique (IRC) terminale.
Beaucoup d’efforts ont été entrepris pour proposer ce choix à un plus grand nombre de patients. Mais par comparaison avec les pays voisins à la France, il est encore possible de développer davantage l’activité. L’ensemble des donneurs vivants suivis au CHRU de Nancy bénéficie des avantages d’une technique opératoire dite mini-invasive grâce à un robot chirurgical de pointe. Une technique opératoire pour laquelle Nancy est référent européen.
La greffe est une activité hyperspécialisée dont la réussite repose sur la synergie des compétences et l’engagement des équipes hospitalières (néphrologie, urologie, laboratoire HLA, anesthésie-réanimation, radiologues, laboratoires de biologie…) dont la coordination est garantie par l’Unité de Prélèvement d’Organes et de Tissus dirigée par le Dr Hélène Grégoire.
Par la mise en relation d’organismes publics, privés et associatifs, le réseau interhospitalier Nephrolor présidé par le Pr Michèle Kessler structure un système régional de recueil des données sur l’IRC terminale et facilite l’accès aux soins des patients.
La région Lorraine est particulièrement concernée par les patients souffrant d’insuffisance rénale chronique terminale. Si 90% des Lorrains greffés le sont au CHRU de Nancy, les services de Néphrologie (Pr Luc Frimat) et d’Urologie (Pr Jacques Hubert) transplantent également des patients habitant les régions limitrophes (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne), voire la Belgique et le Luxembourg.
En 2014, 85 reins ont été transplantés au CHRU de Nancy dont 22 greffes réalisées à partir de donneurs vivants. Plus de 350 personnes restent inscrites sur les listes d’attente nancéiennes.

Le programme du colloque : http://www.chu-nancy.fr/images/agenda/colloque-greffe-donneur-vivant-WEB.pdf 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.