Pr Hugues Duffau, Docteur Honoris Causa

Le prestigieux titre de « Docteur Honoris Causa » sera décerné au Pr Hugues Duffau, neurochirurgien au CHRU de Montpellier, le 4 février 2013 par l’Université Catholique de Louvain, établissement belge de renommée mondiale.

Le prestigieux titre de « Docteur Honoris Causa » sera décerné au Pr Hugues Duffau, neurochirurgien au CHRU de Montpellier, le 4 février 2013 par l’Université Catholique de Louvain, établissement belge de renommée mondiale.

Après l’obtention de nombreux prix internationaux pour ses découvertes sur le cerveau, cette nouvelle distinction récompense une avancée déterminante : la démonstration que, contrairement à ce qui était établi jusqu’à présent, les zones du cerveau ne seraient pas statiques. Elles seraient donc susceptibles de s’adapter selon le vécu ou la pathologie du patient. Cette approche du fonctionnement cérébral ouvre de nouveaux horizons…
Les recherches du Pr Duffau : un nouveau regard sur le cerveau
Les recherches du Pr Duffau ont totalement remis en cause les certitudes sur lesquelles s’appuyaient les spécialistes du cerveau quant au fonctionnement de cet organe. Pendant plus d’un siècle, le cerveau humain a été considéré comme « rigide », chaque zone correspondant à une fonction précise. Par exemple, la parole était réputée résider dans une zone située au sein du lobe frontal gauche, dans l’aire dite « de Broca ».
Cette vision dite « localisationniste » limitait notablement les interventions chirurgicales réalisées sur le cerveau : en effet, l’ablation d’une lésion (une tumeur par exemple) dans une zone considérée comme « cruciale » devait inévitablement entraîner des séquelles pour le patient.
A l’inverse, les travaux du Pr Duffau ont permis la mise au point d’un modèle dit « connexionniste » : selon cette approche, le cerveau présente une organisation dynamique, constituée en réseaux complexes, interconnectés et capables de se compenser – au moins en partie – au fur et à mesure du vieillissement, mais aussi en cas de pathologie cérébrale. 
 
Grâce à l’imagerie et aux techniques chirurgicales innovantes développées au CHRU de Montpellier (notamment la chirurgie du cerveau sur patient éveillé), le Pr Duffau a pu réaliser de véritables « cartes de la fonction », identifiant  les « nœuds » et les « câbles » essentiels pour chaque fonction (bouger, parler, compter…). Or, ces cartes sont différentes selon les individus, et surtout elles peuvent varier au cours du temps, grâce à un fonctionnement en réseau : c’est le phénomène dit de « plasticité cérébrale », qui rompt définitivement avec le principe d’une organisation figée.
Des implications multiples pour les neurosciences et la chirurgie cérébrale
Cette vision dite « connexionniste » a d’importantes implications en neurologie : en effet, elle remet totalement en question les modèles classiques de fonctionnement du cerveau et de la cognition, notamment le schéma du langage. Ces découvertes font aussi évoluer la pratique de la chirurgie cérébrale, en particulier pour la prise en charge des tumeurs. Grâce aux travaux de recherche du Pr Duffau, il est désormais possible d’opérer dans des zones classiquement considérées comme « intouchables », avec un risque minime d’engendrer une aggravation ou des séquelles, tout en augmentant significativement l’étendue de la zone retirée – et donc les chances de survie des patients et leur qualité de vie.  Les techniques de chirurgie « sur patient éveillé » développées au CHRU de Montpellier sont ici particulièrement précieuses : en réveillant les patients durant les interventions, les chirurgiens s’assurent de n’altérer aucune zone cruciale pour les fonctions cérébrales.
La neurochirurgie est encore appelée à évoluer de manière importante grâce à ces recherches : elle devrait devenir davantage une « chirurgie des réseaux neuronaux », avec des innovations possibles dans le domaine de la chirurgie de l’épilepsie, de la douleur ou encore des mouvements anormaux.
Le doctorat « Honoris Causa » de l’Université Catholique de Louvain
Fondée en 1425, l’Université Catholique de Louvain (Belgique) est l’une des plus prestigieuses Universités européennes. Elle compte plus de 27 000 étudiants inscrits, de plus de 120 nationalités, et emploie plus de 5 500 personnes, dont plus de 3 600 chercheurs. L’usage du doctorat « honoris causa » à Louvain remonte à 1874.
Cette nouvelle reconnaissance internationale attribuée au Pr Duffay fait suite à l’obtention du Prix Herbert Olivecrona en 2010 (plus haute distinction internationale en neurochirurgie, décernée par le Karolinska Institute à Stockholm) et au Grand Prix de l’Académie Nationale de Chirurgie en 2012. Elle témoigne de la reconnaissance internationale conférée aux travaux du Pr Duffau et du rôle pionnier du Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Montpellier dans ce domaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.