Pr Regis Duvauferrier élu président de la CME du CHU de Martinique

Le Pr Régis Duvauferrier a été élu à la tête de la commission médicale d'établissement (CME) du CHU de Martinique, le 16 décembre 2015. Il sera secondé par le Dr Lucien Lin, déjà vice-président de l'instance depuis 2013. Il succède au Pr François Roques.
Le Pr Régis Duvauferrier a été élu à la tête de la commission médicale d’établissement (CME) du CHU de Martinique, le 16 décembre 2015. Il sera secondé par le Dr Lucien Lin, déjà vice-président de l’instance depuis 2013. Il succède au Pr François Roques. 

Régis Duvauferrier occupe les fonctions de Chef de service de radiologie neuro-ostéo-articulaire, Chef de Pôle adjoint du Pôle d’Imagerie du CHU de Martinique, Responsable Universitaire du Pôle d’imagerie du CHU de Fort de France, Coordonnateur du DES de Radiologie et imagerie médicale Antilles-Guyane.
Né en 1951, Régis Duvauferrier a obtenu son doctorat en médecine en 1981 (spécialiste en Radiologie) et nommé professeur des universités-praticien hospitalier (PU-PH) en 1989 au CHU de Rennes. Il a intégré le CHU de Martinique en 2013.

Il a débuté sa carrière dans le service du Pr. Alain Ramée où il aborda toutes les spécialités d’organe de la radiologie. Il a pu innover en échographie, une modalité jusque-là non encore intégrée à la radiologie. Cette implication apparaît dans sa participation à plusieurs ouvrages pionniers et particulièrement dans un ouvrage de référence « Repères et mesures en échographie doppler, 1985 ». Dans ces années, il a également contribué à développer le concept de radiologie interventionnelle.

Dans la décennie suivante, Régis Duvauferrier a particulièrement été impliqué dans des actions de formation en prenant des responsabilités au niveau du CERF, de la FEPUR, de la Commission Pédagogique Nationale, des Cours de Perfectionnements Post-Universitaires de la SFR. Sa contribution majeure a été d’être le concepteur et l’organisateur d’Edicerf et Iconocerf qui structuraient l’enseignement radiologique national et lui donnait des outils de diffusion (ouvrages papiers, CD-ROM et site Internet).

Les années 2000 marquent son orientation vers l’organisation hospitalière. Avec l’aide d’industriels du domaine de la radiologie mais aussi Citroën et le Groupe Legris, il a réfléchi à la mise en place d’un système qualité dans un département d’imagerie médicale. Ceci a conduit à une certification ISO 9001 du département puis à sa reconnaissance par un Prix Qualité EFQM en 2001. Il quitta ses fonctions de chef de département en 2004.

En 2010, il s’est réorienté vers la recherche dans le domaine de la « modélisation des connaissances biomédicales », au sein d’une petite équipe dont ils sont actuellement les deux seuls HDR avec Anita Burgun. Elle a reçu le label EA en 1998 et UMR Inserm en 1999, elle vient d’être renouvelée avec la mention A+. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.