Prélèvement de cornées : une première réalisée au CHU de Reims

Le 5 décembre 2011, le CHU de Reims a réalisé le premier prélèvement de cornées sur un homme décédé en dehors de l’établissement. Le transfert du corps du défunt de son domicile au CHU par une disposition nouvelle du décret du 28 janvier 2011 qui autorise le transport pour prélèvements d'une personne décédée en clinique, en centre hospitalier ou à domicile. Cette intervention s’est déroulée dans d’excellentes conditions grâce à une collaboration étroite entre tous les acteurs concernés : pompes funèbres, chambre mortuaire, coordination hospitalière, direction, interne d’ophtalmologie…

Le 5 décembre 2011, le CHU de Reims a réalisé le premier prélèvement de cornées sur un homme décédé en dehors de l’établissement. Le transfert du corps du défunt de son domicile au CHU par une disposition nouvelle du décret du 28 janvier 2011 qui autorise le transport pour prélèvements d’une personne décédée en clinique, en centre hospitalier ou à domicile. Cette intervention s’est déroulée dans d’excellentes conditions grâce à une collaboration étroite entre tous les acteurs concernés : pompes funèbres, chambre mortuaire, coordination hospitalière, direction, interne d’ophtalmologie…

Respecter les dernières volontés du défunt

Suite au décès à son domicile d’un homme ayant fait part ouvertement de sa volonté de donner ses organes et tissus, les pompes funèbres ont contacté la coordination hospitalière du CHU. L’équipe a alors déclenché la procédure : contact avec les proches, le médecin traitant, consultation du registre national des refus, alerte de la banque de Besançon pour dépêcher un transporteur… L’intervention chirurgicale a ensuite été effectuée par l’équipe d’ophtalmologie, dans une pièce réservée à cette activité à la chambre mortuaire. Dans ce cas précis, seul le prélèvement de cornées était possible. 

L’évolution récente de la législation et sa mise en œuvre sur le terrain – via une formalisation de la procédure  réalisée par la coordination hospitalière du CHU et le réseau Champagne-Ardenne de prélèvements d’organes et de tissus – ont permis de respecter les dernières volontés des défunts. La coordination hospitalière va désormais informer les autres établissements de santé du territoire et ses partenaires notamment les pompes funèbres, les ambulanciers… de la possibilité de transport du corps de la personne décédée  à des fins thérapeutiques .
En 2011, outre ce premier prélèvement de cornée effectué sur une personne décédée à l’extérieur de l’établissement, le CHU a réalisé 23 prélèvements de cornées chez des donneurs des différents services hospitaliers (décédés à cœur arrêté) et 9 prélèvements au cours de PMO (décédés à cœur battant). Ce sont donc 66 cornées qui ont été adressées à la banque de cornées de Besançon.

Décret du 28 janvier 2011 relatif aux opérations funéraires
L’article R. 2213-14 « Le transport du corps d’une personne décédée vers un établissement de santé, pour réaliser des prélèvements à des fins thérapeutiques est déclaré préalablement, par tout moyen écrit, auprès du maire de la commune du lieu de décès ou de dépôt, à la demande du directeur de l’établissement de santé où est décédée cette personne ou de toute personne qui a qualité pour pourvoir aux funérailles. La déclaration est subordonnée à la détention de l’extrait du certificat de décès prévu à l’article L. 2223-42, attestant que le décès ne pose pas de problème médico-légal. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.