Prélèvement et transplantation : enseignement chirurgical par simulation, une exclusivité poitevine

Pour pallier à l'absence de formation spécifique pour chirurgiens préleveurs, le Pr Benoît Barrou, urologue à la Pitié Salpêtrière (AP-HP) a créé en 2009 une école francophone du prélèvement multi-organes (EFPMO) où les chirurgiens séniors forment les jeunes à la transplantation. "Un enseignement bénévole" souligne le porteur du projet. Et fait marquant, la neuvième session de formation de l’EFPMO a été dispensée à Poitiers, du 19 au 23 juin 2017. Une cinquantaine de jeunes chirurgiens, internes en fin d’étude ou chefs de clinique assistants, se sont initiés en conditions réelles sur Simlife.

Pour pallier à l’absence de formation spécifique pour chirurgiens préleveurs, le Pr Benoît Barrou, urologue à la Pitié Salpêtrière (AP-HP) a créé en 2009 une école francophone du prélèvement multi-organes (EFPMO)* où les chirurgiens séniors forment les jeunes à la transplantation. "Un enseignement bénévole" souligne le porteur du projet. Et fait marquant, la neuvième session de formation de l’EFPMO a été dispensée à Poitiers, du 19 au 23 juin 2017. Une cinquantaine de jeunes chirurgiens, internes en fin d’étude ou chefs de clinique assistants, se sont initiés en conditions réelles sur Simlife ; un modèle unique de simulation chirurgicale sur des cadavres revascularisés et reventilés grâce à un process informatique breveté. Ce modèle a été conçu dans le laboratoire de simulation de la faculté de médecine de Poitiers par les professeurs Jean-Pierre Richer et Jean-Pierre Faure, et le docteur Cyril Brèque
Théorie, pratique, la semaine de formation est dense, mais se déroule dans une bonne ambiance. « Etudiants, formateurs, tout le monde y met du sien. Nous mettons un point d’honneur à ce que le comportement des jeunes chirurgiens soit irréprochable car c’est essentiel. Quand vous avez les mains dans le cambouis, vous n’êtes pas tout seul, il faut savoir communiquer avec ses collègues », insiste l’urologue. A la fin de la semaine, les étudiants sont interrogés sur leurs acquis dans une épreuve de groupe sur Simlife.
« Cette initiative témoigne du dynamisme de Poitiers, CHU, faculté et unité de recherche, sur cette thématique de la transplantation, ajoute le Pr Antoine Thierry, responsable de la transplantation rénale dans le service de néphrologie. C’est très valorisant. »
En 2018, le Pr Barrou et ses confrères fêteront les dix ans d’existence de l’EFPMO : « Aujourd’hui, nous avons des financements pour faire tourner cette école. J’espère que dans un avenir proche, les chirurgiens seront enfin payés pour le travail qu’ils exercent, souvent dans des conditions difficiles. » 
Pour rappel, en 2016, 5 891 greffes ont été réalisées en France et 1 770 personnes prélevées. Chaque année, plus de 20 000 Français sont en attente de greffons, un chiffre toujours en augmentation selon France Adot.
*En savoir plus sur l’Ecole Francophone de Prélèvement Multi-organe (EFPMO) Association loi 1901, fondée en 2009 par des professionnels français du prélèvement et de la transplantation, l’EFPMO veille à harmoniser les pratiques de prélèvement en France et à créer par son enseignement les conditions d’une mutualisation des connaissances. Elle s’engage également dans la promotion des activités de transplantation. Pour soutenir ses actions, il est possible de faire un don à l’EFPMO, rendez-vous sur http://www.efpmo.fr/bienvenue
D’après un article publié dans la newsletter du CHU de Poitiers N° 272 –  7 juillet 2017

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.