PRELOR, Réseau lorrain des prélèvements d’organes et de tissus

PRELOR, le nouveau réseau lorrain des prélèvements d'organes et de tissus, unique en France de par son rayonnement géographique, est désormais une réalité. 5 établissements publics et autorisés mutualisent leurs moyens pour améliorer le recensement des donneurs potentiels et dynamiser la réactivité face aux receveurs en attente. Le CH Jean Monnet d'Epinal (Vosges), celui de Sarreguemines (Meurthe-et-Moselle), de Verdun (Meuse), le CHR de Metz / Thionville (Moselle) et le CHU de Nancy, sous l'égide de l'Agence Régionale de l'Hospitalisation.

PRELOR, le nouveau réseau lorrain des prélèvements d’organes et de tissus, unique en France de par son rayonnement géographique, est désormais une réalité. 5 établissements publics et autorisés mutualisent leurs moyens pour améliorer le recensement des donneurs potentiels et dynamiser la réactivité face aux receveurs en attente. Le CH Jean Monnet d’Epinal (Vosges), celui de Sarreguemines (Meurthe-et-Moselle), de Verdun (Meuse), le CHR de Metz / Thionville (Moselle) et le CHU de Nancy, sous l’égide de l’Agence Régionale de l’Hospitalisation, donnent un nouvel élan à leur mission alors que la Lorraine est confrontée à une progression des indications de greffes, un fléchissement du nombre de donneurs, une augmentation des délais d’attente et une baisse du nombre de greffes.

Au 1er septembre 2008, sur 15 centres autorisés, la région a vu son taux de prélèvement diminuer de 38% !
Un chiffre lié à la conjugaison de facteurs nationaux comme la baisse de la traumatologie routière, celle du nombre des AVC ou l’opposition des familles, et de facteurs régionaux dont le plus visible est un défaut de recensement des donneurs. La moyenne lorraine est de 50 prélèvements par million d’habitants contre 60 à 65 au niveau national. PRELOR est un outil d’amélioration qui permettra aux établissements autorisés de travailler ensemble sur les prélèvements pour mieux partager les greffes entraînant du même coup dans leur dynamique toutes les autres structures de soins.

Cette mission de la loi du 6 août 2004 relative à la bioéthique précisant que « tous les établissements de santé, qu’ils soient autorisés ou non, participent à l’activité de prélèvement d’organes et de tissus en s’intégrant dans des réseaux de prélèvement », s’accompagnera d’une amélioration de l’efficacité des établissements en organisant une collaboration entre les coordinations hospitalières et les personnels impliqués.

Au-delà de cette nouvelle vigilance inter hospitalière, PRELOR est une réponse concrète à tous les donateurs volontaires parfois inquiets d’imaginer leur geste généreux rester sans effet faute de réactivité et d’échanges d’information entre les établissements de santé : désormais leur don ne sera pas à priori gaspillé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.