Premier congrès francophone de la télévision à l’hôpital

Une télévision hospitalière au service des patients ! A Nancy, les 13 et 14 octobre prochains, les professionnels de santé rencontreront ceux de l'image et du son pour imaginer les nouveaux usages de la télévision... à l'hôpital.

Une télévision hospitalière au service des patients ! A Nancy, les 13 et 14 octobre prochains, les professionnels de santé rencontreront ceux de l’image et du son pour imaginer les nouveaux usages de la télévision… à l’hôpital.

Pour mieux répondre au besoin d’information des patients, de nombreux établissements mettent en chantier des projets de télévision interne : le CHU de Toulouse par exemple, a lancé en 2004 sa chaîne pour enfants. L’AP-HP dispose d’un studio principalement orienté vers la formation de ses personnels, Amiens accueille depuis 1988 un festival de films médicaux, Lorquin un festival de films psy… Mais toutes ces initiatives étaient jusqu’à présent aussi disparates qu’isolées.

L’organisation du premier colloque TV à l’hôpital témoigne d’une tendance de fond où mutualisation et rationalisation des moyens se conjuguent dans l’intérêt du patient. L’assistance publique-hôpitaux de Marseille vient de lancer une chaîne interne, avec réalisateur audio-visuel, reporters, studio et même maquilleuse ! A Nancy, une petite société en pleine expansion casse les prix avec une technique nouvelle utilisant les ressources internet. Après une expérimentation réussie, la communauté hospitalière, sous la houlette de Paul Castel, Président de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU, décide d’étendre le panel à une douzaine de CHU-pilotes.

Les hospitaliers mettent au goût du jour leurs pratiques d’information
Les patients veulent savoir ce qu’est un scanner, un EEG, une angiographie ; les réponses sont identiques à Bordeaux, Orléans ou Lille. Dont acte : les CHU se grouperont pour produire ou négocier pour l’ensemble.
Pas de personnel pour gérer la programmation en mode vidéo traditionnel : le numérique vient au secours du projet, qui permet d’importer les contenus à partir d’une bibliothèque commune et de les diffuser via des simples play listes…
Difficile quand on baigne dans l’hôpital d’apprécier avec recul les attentes d’un patient dépaysé… les CHU travailleront avec les associations de patients, qui les aideront à affiner les besoins…

Mais une télévision interne qu’elle que soit la performance des moyens techniques, c’est avant tout une histoire d’hommes, de femmes désireux de tirer le meilleur parti du son et de l’image pour transmettre savoirs médicaux et conseils de prévention. Durant deux jours, les pionniers pourront profiter de l’expérience des aînés : des professionnels du petit écran viendront expliquer, animer débats ou ateliers et inoculer aux soignants le virus du petit écran.

Donner envie aux hôpitaux de créer leur chaîne de TV interne, présenter les solutions et surtout instaurer un rendez-vous annuel pour mutualiser les expériences et progresser dans l’ambition partagée d’améliorer « la qualité de l’information santé à l’hôpital » tels sont les objectifs de la manifestation

Une après-midi sera consacrée à un autre média : la radio hospitalière.

Le temple de la connaissance scientifique, l’INIST mettra son architecture Jean Nouvel à disposition des congressistes pendant deux jours et offre d’en diffuser les moments forts sur le net en streaming… De quoi faire de ce congrès, non pas la première pierre de la place Stanislas, qui n’en manque plus, mais la première émission d’une nouvelle ère d’échanges… tout à fait cathodiques !

En pratique
Congrès Hôpital-Télévision
13 et 14 octobre 2005. INIST (Institut de l’information scientifique et technique)
Organisateur : CHU de Nancy et AP-HM
www.chu-nancy.fr Tél : 03 83 85 14 78
Publics : professionnels de santé, publics ou privés, directeurs, médecins, soignants, responsables de communiation, animateurs, professionnels de l’audiovisuel, représentants d’associations de patients…
Renseignements
Bertrand Demangeon – Tél : 06 72 75 42 43
b.demangeon@chu-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.