Premier « Espace patient » aux couleurs du dossier médical personnel (DMP)

La Franche-Comté fait partie des 5 premières régions à accompagner les premiers pas du dossier médical personnel (DMP) , inauguré par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, le 5 janvier 2011. En Franche-Comté, le DMP remplace le « DMP-fc », dossier médical régional expérimenté depuis quelques années. Le dossier médical personnel informatisé rassemble les informations médicales relatives à un patient, nécessaires à la coordination des soins : prescriptions, synthèses médicales, comptes rendus d’hospitalisation, résultats d’analyses, mentions d'allergies… Le partage de ces données améliore la continuité et la qualité des soins. Cette base sécurisée est uniquement accessible au patient et aux professionnels de santé qu’il a autorisés.

La Franche-Comté fait partie des 5 premières régions à accompagner les premiers pas du dossier médical personnel (DMP) , inauguré par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, le 5 janvier 2011. En Franche-Comté, le DMP remplace le « DMP-fc », dossier médical régional expérimenté depuis quelques années.  Le dossier médical personnel informatisé rassemble les informations médicales relatives à un patient, nécessaires à la coordination des soins : prescriptions, synthèses médicales, comptes rendus d’hospitalisation, résultats d’analyses, mentions d’allergies… Le partage de ces données améliore la continuité et la qualité des soins. Cette base sécurisée est uniquement accessible au patient et aux professionnels de santé qu’il a autorisés.
Dans le cadre des travaux de rénovation du CHRU, un espace situé dans le hall d’accueil de l’hôpital Jean Minjoz a été transformé en « Espace patient », à l’initiative conjointe du CHRU et du Groupement de Coopération Sanitaire EMOSIST-fc. En lien avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), le GCS EMOSIST-fc accompagne les professionnels de santé de la région Franche-Comté dans le déploiement du DMP. Il bénéficie de financements dédiés de l’Agence des Systèmes d’Information de Santé (ASIP Santé), agence d’État du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé.
Le CHRU de Besançon marque ainsi son engagement dans ce projet en aménageant un espace d’information des patients, aux couleurs du DMP. . L’Espace patient a vocation à accueillir l’ensemble des patients de l’établissement pour les informer sur ce nouveau service. Ce sera un lieu privilégié pour mieux faire connaître le DMP, au travers de brochures et de dépliants d’information. Les patients qui le souhaitent pourront demander la création de leur DMP et se renseigner sur ses caractéristiques. L’espace est aussi ouvert aux associations d’usagers et aux réseaux de santé qui désirent échanger avec les des patients. 
En parallèle, le CHRU de Besançon a connecté au DMP ses principaux logiciels médicaux. Cette nouvelle fonctionnalité permettra aux professionnels de l’établissement de sélectionner les documents utiles à la coordination des soins, qui alimenteront le DMP des patients pris en charge (comptes-rendus d’hospitalisation, de radiologie, d’urgence…).
En améliorant la communication entre la ville et l’hôpital, le DMP permettra à terme de gagner en qualité diagnostique et thérapeutique (historique sans risque d’erreur, amélioration de la coordination des soins) et en sécurité (iatrogénie et redondances évitées).           
À partir d’avril prochain, le déploiement du DMP entrera dans sa phase de généralisation sur l’ensemble du territoire.
Le 22 mars prochain, le service DMP sera inauguré à l’hôpital jean Minjoz.
Contacts presse :
CHRU de Besançon : Sophie Muraccioli : 03 81 21 86 26 – smuraccioli@chu-besancon.fr 
 GCS EMOSIST-fc : Vincent Bonnans : 03 81 53 42 69 – vbonnans@emosist.fr 
 ASIP Santé : Anne-Adélaïde Seguy : 01 58 45 32 90 – 06 31 14 01 89 – anne-adelaide.seguy@sante.gouv.fr
Chrystèle Moriceau : 01 44 59 68 95 – 06 82 83 34 22 – c.moriceau@ligaris.eu

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.