Angers accueille le premier « living lab » gériatrique hospitalier

A l’occasion de la rencontre « Objets connectés et seniors, quelles solutions concrètes ? », organisée le 15 juin à la Wise Factory d’Angers, le Pr Cédric Annweiler, chef du service Gériatrie du CHU d’Angers, a présenté le premier « Living Lab » gériatrique hospitalier de France, qui verra prochainement le jour au CHU d’Angers.
A l’occasion de la rencontre « Objets connectés et seniors, quelles solutions concrètes ? », organisée le 15 juin à la Wise Factory d’Angers, le Pr Cédric Annweiler, chef du service Gériatrie du CHU d’Angers, a présenté le premier « Living Lab » gériatrique hospitalier de France, qui verra prochainement le jour au CHU d’Angers.
La rencontre « Objets connectés et seniors, quelles solutions concrètes ? » a été l’occasion de présenter aux directions des établissements d’accueil des personnes âgées ainsi qu’aux structures de soutien à domicile des solutions numériques ou connectées concrètes favorisant le bien-vieillir.   
Expertise. Le Pr Cédric Annweiler, chef du service de gériatrie du CHU d’Angers, y a présenté, en avant-première, le premier « Living lab » gériatrique hospitalier de France. Baptisé Allegro – pour Angers Living Lab En Gériatrie hOpistalière – et porté par le Centre de recherche sur l’autonomie et la longévité (CeRAL) du CHU d’Angers, ce « Living Lab » sera opérationnel à l’automne au sein du centre hospitalo-universitaire angevin.
Lauréat de l’appel d’offres « Plus de Vie 2017 » de la Fondation des Hôpitaux de France, ce projet est destiné autant aux partenaires publics, qu’aux établissements d’enseignement supérieur, entreprises privées et citoyens. 
Avec son « espace réaliste grandeur nature » (correspondant à une chambre d’hospitalisation) pour y tester de nouveaux services et produits, ce « Living Lab » hospitalier, unique en France, offrira une méthode ouverte de recherche en innovation tout en représentant un levier académique et industriel important.
Allegro s’intègre dans la dynamique initiée par le Gérontopôle des Pays de la Loire et le projet « Silver » de l’agglomération d’Angers autour de la thématique du vieillissement au domicile. La création de cette structure inscrira le CHU et Angers au sein du réseau européen des « Living Lab » et leur permettra d’être clairement identifiés en France, favorisant ainsi l’obtention de subventions nationales, européennes et internationales.
Partenariat public-privé. Autre événement majeur lors de cet après-midi thématique : le CHU d’Angers et l’entreprise angevine Domus Prévention ont décidé de renforcer leur collaboration par la signature d’une convention. Ce partenariat public-privé vise à favoriser d’une part le bien vieillir sur le territoire angevin et d’autre part l’innovation académique pour un maintien réussi des seniors à domicile.

Signature de la convention domus CHU Angers – De gauche à droite : Didier Chateau, de Domus prévention ; Samuel Tarlé, directeur au CHU d’Angers, le Pr Cédric Annweiler, chef du service Gériatrie au CHU et Christophe Béchu, maire d’Angers et président du conseil de surveillance du CHU – @CHU Angers
Le service de gériatrie du CHU d’Angers et le premier réseau national de diagnostiqueurs « autonomie-habitat » confirment ainsi leur volonté commune de collaborer pour prévenir la perte d’autonomie et d’indépendance des personnes âgées.
Ce partenariat fait suite aux projets communs de recherche menés depuis 2016 par l’équipe du Pr Cédric Annweiler et Domus Prévention. La collaboration entre les gériatres du CHU et l’entreprise angevine a porté sur la création de tests de repérage des personnes âgées à risque de chutes et en difficultés de maintien à domicile. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.