Première convention de services avec le Trésor Public

Le 21 décembre 2005, la première convention de services comptable et financier liant un établissement public de santé universitaire et le Trésor Public a été signée par le Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire (C.H.U.) de Bordeaux, Alain HERIAUD, et le Trésorier-Payeur Général de la région Aquitaine et de la Gironde, Patrick GATIN, en présence de la Directrice adjointe de la comptabilité publique Fabienne DUFAY.

Le 21 décembre 2005, la première convention de services comptable et financier liant un établissement public de santé universitaire et le Trésor Public a été signée par le Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire (C.H.U.) de Bordeaux, Alain HERIAUD, et le Trésorier-Payeur Général de la région Aquitaine et de la Gironde, Patrick GATIN, en présence de la Directrice adjointe de la comptabilité publique Fabienne DUFAY.

Ce partenariat intervient dans un contexte général de dématérialisation et d’augmentation du volume de transactions, notamment de factures (effet de la tarification à l’activité).

Déjà déployée dans le secteur des collectivités territoriales, cette coopération répond à une évolution et à une modernisation des relations entre ordonnateurs et comptables publics. Ainsi, la convention prévoit la mise en oeuvre d’actions conduites conjointement, visant à rapprocher les services gestionnaires et comptables, reconfigurer les chaînes administratives de la dépense et du recouvrement et mettre en place des mécanismes spécifiques garantissant des comptes de qualité.

A titre d’exemple, grâce à cette convention, le CHU pourra
– bénéficier d’une information financière enrichie
– s’appuyer sur des procédures plus formalisées (liquidation et mandatement, régies, etc.)
– bénéficier de la carte d’achat et de la carte affaires, ainsi que du télépéage autoroutier
– diversifier ses moyens de recouvrement (bornes de paiement, paiement sur internet)
– développer une plateforme de consultation de l’état des factures en souffrance par les fournisseurs.

De son côté le comptable pourra
– bénéficier d’un contrôle partenarial de la dépense au terme d’un audit de procédure commun entre les procédures du Trésor et celles des directions liquidatrices
– dématérialiser des flux de documents (paie, pièces justificatives de marchés, mandatement)
– participer aux réflexions sur l’évolution des logiciels de gestion du CHU.

Au total, cette convention prévoit la réalisation de 17 actions sur la période 2006-2008. Elle fera l’objet d’un suivi annuel et d’un bilan d’exécution au terme des trois années.

Ce nouvel outil doit contribuer à modifier en profondeur les relations entre ordonnateur et comptable, avec comme objectif commun une meilleur efficacité de l’action administrative au service des usagers. C’est pourquoi il a été inscrit comme une des actions prioritaires du projet d’établissement du CHU de Bordeaux, voté par le conseil d’administration le 14 décembre dernier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.