Première en France : pose d’une prothèse auditive élétromagnétique

Pour la première fois en France un patient de 22 ans souffrant d'aplasie d'oreille (naissance sans oreille) a bénéficié de la pose d'une prothèse auditive totalement implantable dans le Département d'ORL, de Chirurgie-Cervico-Maxillo-Faciale et d'Audiophonologie de l'hôpital Edouard Herriot.

Pour la première fois en France un patient de 22 ans souffrant d’aplasie d’oreille (naissance sans oreille) a bénéficié de la pose d’une prothèse auditive totalement implantable dans le Département d’ORL, de Chirurgie-Cervico-Maxillo-Faciale et d’Audiophonologie de l’hôpital Edouard Herriot.

Les Hospices Civils de Lyon ont organisé le 10 avril 2007 une conférence de presse avec le Professeur Eric Truy et le patient afin de présenter l’intervention et la qualité des résultats.


radio prise après la pose d’une prothèse auditive élétromagnétique sous navigation pour la réhabilitation de la surdité dans l’aplasie auriculaire (absence d’oreille)

L’aplasie majeure auriculaire est l’une des plus importantes malformations congénitales touchant l’oreille externe et moyenne. Elle est définie comme l’association d’une malformation importante du pavillon de l’oreille et du conduit auditif externe, et d’une malformation de l’oreille moyenne et de son contenu, c’est-à-dire les osselets.
C’est une affection rare qui touche 1 pour 10 000 à 20 000 naissances, malheureusement bilatérale dans 20 à 30 % des cas.

L’audiométrie indique en général une surdité de transmission presque pure ; car l’oreille interne est en général normale, mais de l’atteinte majeure de l’appareil de transmission (conduit auditif externe, absence de tympan, malformation des osselets) résulte une surdité de 60 à 70 décibels, dite de transmission (l’émission vocale humaine moyenne se situe aux alentours de 65 décibels en moyenne, ces patients ont donc d’importantes difficultés pour percevoir le langage oral).

En général ces patients subissent une opération de chirurgie réparatrice à l’âge de 8 ans mais leur audition n’est pas corrigée.

Seuls 10 patients en Europe ont été opérés avec cette technique qui exige un système de chirurgie assistée par navigation (les chirurgiens ne connaissent pas la géographie de l’oreille puisqu’elle n’a pas été formée).
C’est une chirurgie complexe pendant laquelle des mesures sont effectuées pour vérifier si le système auditif peut délivrer des messages.

A ce jour les résultats sont excellents
• pas de compromission du résultat de la reconstruction esthétique du pavillon,
• gain auditif attendu,
• satisfaction du patient.

Cette première française ouvre des perspectives encourageantes pour les patients souffrant d’aplasie bilatérales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.