Cardio : double pontage avec l’aide du robot chirurgical – 1ère française

L’équipe de chirurgie cardiaque du CHU de Limoges réitère son exploit, en réalisant deux nouveaux pontages aorto-coronaires robot assistés. Grâce à la haute technologie, la chirurgie cardiaque lourde devient un acte mini-invasif. Le patient en apprécie les nombreux avantages : risque moindre d’infection, de complication sur le plan respiratoire, d’hémorragie et de douleurs post-opératoires réduites. Une 1ère qui en appelle d’autres... Explications

L’équipe de chirurgie cardiaque du CHU de Limoges réitère son exploit, en réalisant deux nouveaux pontages aorto-coronaires robot assistés. Grâce à la haute technologie, la chirurgie cardiaque lourde devient un acte mini-invasif. Le patient en apprécie les nombreux avantages : risque moindre d’infection, de complication sur le plan respiratoire, d’hémorragie et de douleurs post-opératoires réduites. Une 1ère qui en appelle d’autres… Explications
Seuls deux établissements de santé en France pratiquent la chirurgie cardiaque robot assistée : le CHU de Bordeaux et celui de Limoges. Débutée en janvier dernier sur le robot Da Vinci dernière génération, l’activité de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire du CHU prend une nouvelle dimension. Ses équipes avaient déjà réussi avec succès un pontage aorto-coronaire avec l’aide du robot chirurgical: « Le patient qui avait entendu parler de notre chirurgie robot assistée nous a demandé de bénéficier de cette technique. Nous étions prêts » explique le Dr Le Guyader.
Depuis, 7 autres interventions du même genre ont été réalisées. Mais le 5 septembre, l’équipe conduite par le Dr Le Guyader, accompagné du Dr Piccardo a réalisé pour la première fois en France un double pontage aorte-coronaire à cœur battant par mini-thoracotomie avec l’aide du robot chirurgical, 3 jours après, la patiente opérée se levait de son lit. << La possibilité de réaliser une revascularisation complète permet de proposer cette technique à un plus grand nombre des patients >> ajoute le Dr. Piccardo. L’acte mini invasif et la précision offerts par l’appui du robot présentent de très nombreux avantages pour les patients. Habituellement, on accède au cœur après avoir scié le sternum, avec tous les risques associés d’infections, de complication sur le plan respiratoire, d’hémorragie, de douleurs post-opératoires et en laissant une cicatrice que les patients peuvent avoir des difficultés à accepter. De plus, habituellement, il faut compter 3 mois de consolidation du sternum dont le premier mois en hospitalisation. La mini incision que demande le robot permet d’accéder au cœur de façon différente, sans traverser le sternum, réduit ces désagréments et ces complications, et autorise un retour à la vie, personnelle et professionnelle, beaucoup plus rapide.

Fort de ce premier succès, l’équipe a réédité cette performance en octobre. « La voie d’abord change mais la technique opératoire reste identique.  commente le Dr Le Guyader. Tous les avantages de la technique nous incitent à présent à réaliser des mono pontages intégralement avec le robot avec 3 petits orifices correspondant aux instruments du robot, des revascularisations complètes robot-assistée par mini thoracotomie. La valve mitrale doit bénéficier de ce progrès avec réparation réalisée intégralement sous robot. La durée du séjour dont les soins intensifs devraient aussi être réduits. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.